Pratiques culturelles en temps de confinement

Anne Jonchery et Philippe Lombardo, « Pratiques culturelles en temps de confinement », Ministère de la Culture et de la communication, Collection Culture études, 44 p., décembre 2020, disponible en ligne sur https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Etudes-et-statistiques/Publications2/Collections-de-synthese/Culture-etudes-2007-2020/Pratiques-culturelles-en-temps-de-confinement-CE-2020-6.

En 2020, le premier confinement lié à la pandémie de Covid-19 a bouleversé la vie de la population, modifiant l’organisation du temps, des modes travail et de la scolarité. L’accès à la culture de sortie ainsi qu’à de nombreux biens culturels physiques a été impossible en raison de la fermeture des établissements culturels et de certains commerces de détail. La réorganisation du temps dans l’espace domestique a en revanche favorisé l’accès aux biens et services culturels numériques.

Les Français ont profité de cet épisode pour s’adonner aux pratiques culturelles en amateur, un engouement qui a rajeuni les pratiquants et réduit les écarts sociaux. D’une façon générale, les consommations culturelles ont progressé et sont mieux réparties parmi les différents groupes, à l’exception toutefois de l’écoute de musique, et de la presse écrite. Les consommations audiovisuelles ont prioritairement bénéficié de cet investissement et parmi elles, les jeux vidéo, et le visionnage de vidéos en ligne ont recruté de nouveaux publics). La consultation des réseaux sociaux s’est également généralisée, plutôt pour des usages communicationnels qu’informationnels. 

Paradoxalement, alors que le confinement printanier a contribué au creusement des inégalités sociales et économiques dans de nombreux domaines, les pratiques culturelles apparaissent à l’inverse moins clivées et certains écarts sociaux et générationnels se réduisent même pour nombre d’entre elles.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search