Les effets sociaux de la crise sanitaire de la Covid-19 : principaux résultats de l’enquête « La vie en confinement » (Vico, 2020-2023)

Équipe Vico

Résumé. Initiée par un groupe de sociologues durant le premier confinement, l’enquête « La vie en confinement » (Vico) a pour objectif d’analyser les effets sociaux des politiques de freinage de la pandémie (confinements, couvre-feux, etc.), à partir de plusieurs enquêtes successives, par questionnaires et par entretiens, auprès d’un « panel » de plusieurs milliers de Français·es. L’analyse de ces données a donné lieu à diverses publications, accessibles au public ou dans des revues ou ouvrages académiques. La présente note revient sur les principaux résultats obtenus en les présentant selon les phases de la crise : premier confinement, période suivante marquée par différentes contraintes (couvre-feux, nouveaux confinements moins stricts, etc.), puis en 2021 l’arrivée des vaccins et le retour partiel aux activités ordinaires.
Une note présentant ces résultats de façon beaucoup plus synthétique, en quatre pages, est également disponible en ligne ici : https://vico.hypotheses.org/639.

Une situation inédite

La pandémie de Covid-19 a créé dans le monde une situation inédite dans laquelle, dans de nombreux pays, le système de santé n’a pas pu gérer seul la situation. Ces difficultés ont incité les gouvernements à prendre des mesures de limitation des déplacements et des activités collectives qui ont perturbé toutes les activités sociales. Si l’on considère ces mesures comme une sorte de thérapie sociale destinée à limiter les effets d’une pandémie, alors il est utile d’examiner ses effets secondaires de la même façon qu’on le fait pour des médicaments. La thérapie étant politique et concernant des activités sociales, les effets secondaires ne se situent pas uniquement sur le plan sanitaire mais aussi et surtout sur celui des activités sociales, notamment des parcours de vie, des relations entre les personnes et de la vie quotidienne.

Nous sommes un groupe de sociologues1, intéressé·es pour plusieurs d’entre nous par les relations interpersonnelles, et pour d’autres par les activités politiques, le logement, les rapports de genre ou le travail. Nous avons pris l’initiative d’une enquête sur laquelle nous avons commencé à travailler dès le 26 mars 2020 et qui a abouti à un questionnaire mis en ligne le 14 avril, le recueil des données prenant fin le 10 mai. Pour le diffuser nous avons mobilisé un réseau de collègues et leurs étudiant·es ainsi que la presse quotidienne régionale, dont plusieurs rédactions ont accepté de diffuser des appels à répondre à l’enquête. Nous avons ainsi pu collecter plus de 30 000 réponses dont 16 224 complètes et utilisables. Parmi ces personnes, 5 448 avaient laissé leurs coordonnées et donné leur accord pour être interrogées à nouveau. Un deuxième questionnaire a été adressé à ces personnes en décembre 2020, permettant de collecter 3 620 réponses. En novembre 2020 et au printemps 2021, des enquêtes par entretiens ont été effectuées auprès de plus de 300 personnes. Enfin, un troisième questionnaire a été adressé en décembre 2021 aux personnes qui avaient laissé leurs coordonnées, ce qui a permis de collecter 2 974 réponses.

Même si la crise sanitaire n’est pas complètement terminée, ces données très riches permettent d’en documenter les différentes phases, depuis le choc du premier confinement jusqu’au relatif retour à l’ordinaire de l’année 2022 (marquée par une autre crise, d’une nature très différente, déclenchée par la guerre en Ukraine), en passant par l’ordinaire dégradé des couvre-feux et confinements moins stricts qui ont suivi le premier. Dans ce texte nous revenons d’abord sur le premier confinement, un choc inédit et radical, puis sur la période qui a suivi, avec un enchaînement de mesures de freinage moins strictes mais qui ont tout de même fortement perturbé la vie sociale, et enfin sur la période des campagnes vaccinales et du passe sanitaire avec une forme de retour à une situation plus ordinaire sur le plan des activités et des relations sociales.

L’enquête Vico : un échantillon large mais qui comporte des « biais »

L’échantillon initial de l’enquête Vico comporte des particularités dont nous avons appris à tenir compte : il est constitué d’une forte majorité de femmes, et est caractérisé par des niveaux d’études en moyenne plus élevés que dans la population française, et un nombre trop faible de personnes âgées de plus de 75 ans2. Par rapport à l’ensemble de celles qui ont répondu en vague 1 (au printemps 2020), le sous-échantillon des personnes ayant laissé des coordonnées où les contacter (email ou numéro de téléphone) pour un nouveau questionnaire ou un entretien approfondi comporte un peu plus d’hommes, un peu moins de jeunes de 18-30 ans et un peu plus de personnes de plus de 60 ans, moins de personnes n’ayant pas le baccalauréat, moins d’ouvriers et d’employés. Les réponses de la vague 2 (en décembre 2020) ne diffèrent pas significativement de l’échantillon ayant fait l’objet de la relance pour ce qui concerne la répartition entre hommes et femmes. En revanche, les 18-30 ans ont été moins nombreux·ses à répondre et les plus de 60 ans plus nombreux·ses. Les personnes les plus diplômées sont encore plus présentes dans les réponses que parmi les personnes ayant laissé leur adresse. Les employé·es et les ouvrier·es représentent 17% des réponses alors qu’ils et elles constituaient 19% de celles qui avaient été sollicitées pour le deuxième questionnaire. En résumé, l’échantillon de la deuxième vague est encore assez large, mais un peu plus déformé en faveur des plus diplômés que la vague 1, et avec toujours une forte majorité de femmes.

Parmi les personnes qui ont rempli le troisième questionnaire (en décembre 2021), 85% avaient répondu en vague 2, et 72% des personnes qui avaient répondu en vague 2 l’ont à nouveau fait en vague 3. Les données de la vague 3 présentent un peu la même structure d’âge que celles de la vague 2 mais avec un peu plus de personnes de 45 à 60 ans. Le sous-échantillon comportant seulement les personnes ayant répondu aux trois vagues de l’enquête accentue le décalage vers les âges élevés déjà observés en vague 2. On observe un léger rééquilibrage de la proportion des femmes et d’hommes mais en ce qui concerne les niveaux d’études, la déformation vers le haut ne cesse de s’accentuer de vague en vague. En résumé, l’échantillon de la troisième vague ressemble à celui de la deuxième vague, avec une déformation plus accentuée vers les niveaux d’études élevés, les cadres et les plus de 45 ans. Cela étant dit, la taille relativement élevée des échantillons, et les comparaisons avec les résultats d’autres enquêtes, réalisées en France ou dans d’autres pays, nous ont permis de stabiliser nos résultats et de faire en sorte qu’ils soient le moins possible affectés par les biais que nous avons détectés.

Le premier confinement : une transformation soudaine et radicale des activités sociales3

En France, le confinement du printemps 2020 (du 17 mars au 10 mai) limitait très fortement les déplacements en dehors du domicile pour la très grande majorité des habitant·es4, perturbant ainsi toutes les activités sociales : vie familiale, consommation, participation aux associations, travail, loisirs, etc. Il s’est donc agi d’un événement majeur qui a interrogé l’ensemble des sciences sociales, lesquelles se sont d’ailleurs beaucoup mobilisées pour l’observer et l’analyser5.

Un retour massif des étudiant·es dans leur famille6

Où et avec qui se confiner ? Ces questions se sont posées pour beaucoup de personnes et en particulier pour celles qui résidaient seules dans des appartements. Si l’on peut estimer à environ 7% la proportion des adultes qui ont changé de résidence pour le confinement, cette proportion s’élève à 65% pour les étudiant·es de moins de 31 ans, qui résidaient seul·es avant le confinement et elle va même jusqu’à 77% pour les seules étudiantes qui se trouvaient dans la même situation. Dans 78% des cas, ces personnes ont passé le confinement avec leurs parents. Les jeunes qui font des études ont l’habitude de revenir périodiquement chez leurs parents et il a semblé préférable pour beaucoup de venir s’y réfugier.

Dans les autres catégories d’âge, la proportion de personnes s’étant confinées ailleurs que dans leur logement habituel est bien plus faible, de l’ordre de 3%. Elle est plus élevée pour les personnes qui résidaient seules (aux alentours de 7%), surtout dans certaines catégories professionnelles (10% pour les cadres qui résidaient seul·es). Si peu de familles de cadres (tous âges et situations de famille pris en compte) ont choisi de se confiner ailleurs que dans leur résidence habituelle (environ 7%), c’est parmi elles que l’on trouve la proportion la plus élevée de confinements dans une résidence secondaire.

Des conditions de travail bouleversées7

Le premier confinement s’est traduit par l’arrêt de nombreuses activités (fermeture des restaurants, des cafés, des lieux culturels, etc.), l’intensification du travail dans certains secteurs spécifiques (transport, système de santé…) et le recours massif au télétravail y compris dans des entreprises ou des services qui en faisaient peu usage auparavant. Dans la majorité des cas, les personnes en emploi ont donc vu leurs conditions de travail profondément modifiées.

Si les cadres ont poursuivi très majoritairement leurs activités en télétravail (c’est le cas de 82% d’entre elles et eux dans notre échantillon) , de même que les professions intermédiaires (60%), les ouvrier·es et employé·es ont plutôt travaillé sur place (28% d’entre elles et eux en totalité ou de façon dominante), ou ont cessé de travailler (37%).

Quelle que soit leur situation vis-à-vis du télétravail, beaucoup de personnes ont vu leurs horaires de travail diminuer (pour les salarié·es du privé, principalement par les mesures de chômage partiel ou technique et les congés imposés, et par l’arrêt de l’activité pour beaucoup d’artisan·es et de commerçant·es), d’autres ont travaillé plus longtemps, ou ont vu leurs horaires modifiés (notamment dans les services publics).

La proportion de personnes qui déclarent avoir été confrontées à une dégradation de leurs conditions de travail est particulièrement élevée chez les cadres du secteur public (21%) et les professions intermédiaires du secteur privé (17%). Quant à la proportion de personnes déclarant avoir subi une perte de revenus, elle est particulièrement élevée dans le secteur privé, notamment chez les artisan·es, les commerçant·es et les agriculteurs et agricultrices (47%).

Les femmes ont absorbé la plus grande part du surcroît de tâches domestiques et de maintien des relations sociales8

L’inégale répartition entre femmes et hommes du travail domestique et de soin aux enfants ou aux proches, qui existe en temps ordinaire, a été renforcée pendant le confinement. En effet, dans un contexte où les crèches, les écoles et les restaurants étaient fermés, la charge des enfants, le travail domestique, le travail parental et l’organisation du quotidien familial, ont très majoritairement pesé sur les femmes. Pour nombre d’entre elles, ces charges se sont retrouvées en concurrence avec leur activité professionnelle, ce qui a accru les difficultés. Si l’on considère le confinement comme une épreuve, on peut avancer l’idée que cette épreuve a été plus dure pour les femmes et les hommes. Elle a pu aussi, parfois, offrir des espaces pour renégocier les partages de tâches au sein des couples, les hommes ayant souvent fait des efforts pour contribuer plus que d’habitude à ces tâches.

Les femmes ont été aussi plus investies dans le maintien des liens sociaux, qu’il s’agisse de la famille plus ou moins proche ou de liens plus faibles (voisin·es, connaissances). Dans un contexte où une partie des relations de travail a été mise en retrait, ce sont les femmes qui, comme c’est le cas en situation ordinaire, mais de façon encore plus intensive dans cette situation inédite, ont été les plus investies dans le maintien des autres types de liens, notamment dans le registre du soutien social. Au sein des couples en particulier, ce sont souvent les femmes qui ont pris en charge le suivi des relations communes.

Inquiétude et fatigue ont dominé les sentiments suscités par le confinement, malgré un recul de l’impression de manquer de temps9

Le questionnaire comportait une question sur les sentiments éprouvés pendant le premier confinement (fatigue, inquiétude, stress, tristesse, irritation, ou se sentir au contraire heureux ou heureuse, détendu ou en forme). L’inquiétude (60%) et la fatigue (58%) ont été les réponses les plus cochées, ce qui suggère que la crise a été une épreuve pour la majorité des personnes. Les réponses indiquent toutefois des contrastes importants entre les personnes vivant le confinement comme une source de souffrance (plutôt des jeunes et des femmes, signalant des difficultés à maintenir leur sociabilité habituelle) et d’autres personnes comme un moment apaisé. Ces dernières sont plus âgées que les premières, ce sont plus souvent des hommes, appartenant surtout aux classes favorisées, et ayant noué de nouvelles relations et accru leurs échanges avec la famille et les ami·es. Il y a donc clairement un lien entre la façon dont la situation a été vécue sur le plan émotionnel et les effets de cette situation sur les relations personnelles.

Nous avions aussi inclus une question sur le sentiment de manquer de temps, dans une formulation qui permettait de comparer les réponses à celles obtenues dans des enquêtes antérieures. Les personnes interrogées expriment moins fréquemment le sentiment de manquer de temps qu’en période ordinaire, ce qui suggère que pour certaines catégories, le confinement a pu constituer une sorte de ralentissement par rapport aux rythmes habituels. On retrouve cependant les mêmes différences : le sentiment de manquer de temps pendant le premier confinement a été plus fréquent pour les personnes en emploi (notamment les agriculteur·rices et les cadres et professions intellectuelles supérieures), les personnes en âge d’avoir des enfants jeunes (entre 30 et 50 ans), et les femmes. Mais les femmes ou hommes au foyer ont déclaré davantage qu’à l’ordinaire manquer de temps durant le confinement, alors que les artisan·es, commerçant·es et chef·fes d’entreprise ont au contraire moins fréquemment mentionné un manque de temps.

Ce sont les hommes de plus de 45 ans opposés au gouvernement et résidant en dehors des grandes agglomérations qui ont le plus transgressé les règles sur les attestations10

Entre le 17 mars et le 11 mai 2020, les personnes qui souhaitaient sortir devaient remplir une « attestation gouvernementale dérogatoire » et ne pouvaient, sauf exceptions, pas dépasser des limites très contraignantes de temps et de distance, les forces de l’ordre étant mobilisées pour effectuer des contrôles.

Notre questionnaire comportait des questions sur le respect de ces règles. Un des résultats est que les plus réfractaires au respect des règles sont plutôt les plus de 45 ans. Par exemple pour les attestations, le fait d’inscrire un horaire de départ qui permet de dépasser la limite autorisée d’une heure de sortie, ou le fait de partir avec plusieurs fiches à remplir, ou encore de remplir plusieurs fiches pour une même sortie, est particulièrement fréquent (plus de 25%) chez les hommes de plus de 45 ans résidant en dehors des agglomérations et qui déclarent se positionner « très à droite » ou « très à gauche ». La tendance est similaire pour le fait de transgresser souvent la limite de durée.

Les jeunes et les personnes résidant seules ont eu plus de difficultés à maintenir leurs relations sociales11

Le confinement a mis à l’épreuve et parfois modifié les relations personnelles. C’est pour les plus jeunes, célibataires ou en couple récent, sans enfant, très investi·es dans la sociabilité amicale, que l’effet des contraintes sur les interactions et les rassemblements a été le plus marqué. Ils et elles n’ont pas pu maintenir certains liens ; et s’ils et elles en ont certes créé d’autres, notamment en ligne, beaucoup se sont révélés éphémères. Pour celles et ceux qui sont rentré·es chez leurs parents pour le premier confinement, très nombreux·ses parmi les étudiant·es, la cohabitation retrouvée avec la génération précédente a parfois renforcé les liens familiaux, et parfois aussi engendré des tensions. Le maintien des liens amicaux a été plus difficile dans cette situation.

Pour les personnes en emploi, les logiques relationnelles ont beaucoup varié selon la situation de travail d’une part, avec le cas particulier des personnes ayant dû travailler en horaires accrus ou décalés, et selon la configuration familiale et de confinement d’autre part, avec les difficultés particulières éprouvées par les personnes confinées seules.

Les plus âgé·es ont moins vu leurs relations bousculées par une situation qui est apparue pour eux comme une rupture moindre que pour leurs cadet·tes, même si certaines personnes vivant seules ont fait l’expérience d’une solitude accrue, voire insupportable, surtout si les visioconférences (dont l’apprentissage a été très rapide pour beaucoup) n’ont pas remplacé les embrassades avec les enfants et les petits-enfants.

Dans cette situation particulière, de nombreuses personnes se sont tournées prioritairement vers la famille ou les ami·es proches, se préoccupant de leur santé et de leur bien-être, les soutenant affectivement, mettant parfois en œuvre des aides matérielles et pratiques, et bénéficiant aussi en retour des mêmes soutiens. On retrouve là un résultat classique des études sur les relations personnelles, qui est que dans les situations d’urgence ou de crise, les personnes s’appuient en priorité sur des liens « forts » des personnes de confiance, des proches. Cependant, des liens plus faibles (collègues, voisins, membres d’associations) ont été aussi mis à l’épreuve, parfois renforcés, parfois dégradés. Un tri s’est effectué, parfois durable. De nouveaux liens ont été créés, souvent avec des voisins, le numérique ayant été une source moindre de nouvelles relations, y compris pour les jeunes, même si ceux-ci y ont eu nettement plus recours que les enquêté·es plus âgé·es.

Les différences liées au niveau d’études ou à la profession se retrouvent là où les attendent les sociologues, compte tenu de ce que l’on sait des logiques sociales des variations des réseaux personnels. Il est encore difficile de savoir si le confinement a joué dans le sens d’un renforcement ou d’une réduction des différences en matière de réseaux personnels. Si les moins diplômés ont été moins affectés dans leurs liens faibles, ils l’ont été autant que les plus diplômés pour les liens forts et les relations dégradées ou perdues de vue l’ont été de façon plus irréversible.

Durant le premier confinement, les femmes ont été plus investies dans le maintien des liens sociaux, qu’il s’agisse de la famille plus ou moins proche ou de liens plus faibles (voisins, connaissances). Dans un contexte où une partie des relations de travail a été mise en retrait, ce sont les femmes qui, comme c’est le cas en situation ordinaire, mais de façon encore plus intensive dans cette situation inédite, ont été les plus investies dans le maintien des autres types de liens, notamment sur le registre du soutien social. Elles ont contribué plus que les hommes à maintenir les relations interpersonnelles, dont nous savons qu’elles sont une trame fondamentale du lien social général, de ce qui fait le « liant » d’une société, de ce qui en relie les différentes composantes.

Les personnes confinées seules ont plus souvent que les autres fait l’expérience d’une difficulté à maintenir une vie sociale, au point de ressentir l’isolement ou la solitude comme pesants et dans certains cas insupportables. Le confinement en solitaire a été dans toutes les catégories d’âge une expérience particulière, mais elle ne s’est pas traduite de la même façon dans les relations interpersonnelles. Pour les jeunes, cette situation a été l’occasion d’un rebrassage des amitiés, parfois vécu positivement, alors que dans les autres tranches d’âge elle a plus souvent débouché sur des expériences de solitude dont témoignent nombre de commentaires laissés dans le questionnaire par les personnes confinées seules.

Les technologies de communication à distance ont été utilisées massivement12

La très forte limitation des rencontres en face à face a conduit la plupart des personnes à se tourner vers les moyens de communication à distance, le téléphone bien sûr, mais aussi les groupes de discussion et d’échange de contenus, et les visioconférences. Même si la palette des outils utilisés diminue avec l’âge, beaucoup de personnes âgées on fait l’expérience de moyens de communication qu’elles n’utilisaient pas ou peu auparavant, privilégiant des formes de communication « expressives » où peuvent se donner à voir des émotions et des sentiments.

C’est un phénomène nouveau dans l’histoire des TIC, où la diffusion des nouveaux services de communication a assez systématiquement créé des différences entre les générations. Le caractère exceptionnel de cette crise, qui a conduit les personnes à se concentrer sur les liens forts, et en particulier la famille, a favorisé une relative homogénéisation des usages des moyens de communication, le besoin de communiquer avec les proches prenant le pas sur les réticences antérieures.

Bilan du premier confinement : des effets sociaux importants

En submergeant le système de santé, la pandémie a fait apparaître la menace de très nombreux décès (potentiellement plusieurs dizaines de millions à l’échelle de la planète) et d’encore plus de cas de séquelles graves. Face à ce risque dont les conséquences étaient jugées inacceptables, les gouvernements ont décidé de prendre des mesures de limitation des déplacements et des activités collectives qui ont entraîné de fait une montée en généralité de la crise, le problème sanitaire devenant aussi un problème économique, éducatif, culturel, familial, bref en un mot : un problème social. Les mesures destinées à limiter les effets de la pandémie ont donc bien introduit des perturbations dans de très nombreuses activités. Comme d’autres enquêtes de sciences sociales conduites depuis le début de la crise, l’enquête Vico fait apparaître un accroissement de certaines inégalités, notamment entre personnes de professions différentes, et entre hommes et femmes. Les données montrent également que ce sont les jeunes adultes qui ont été les plus touchés par les mesures de limitation des déplacements et des activités collectives, tant dans leurs parcours d’études ou d’insertion professionnelle que dans leurs réseaux personnels.

Après le premier confinement,
l’installation dans un ordinaire dégradé

Le premier confinement général, qui s’est terminé le 11 mai 2020, a été suivi de mesures plus locales et d’un retour dans beaucoup de domaines à un régime plus ordinaire : reprise des activités économiques, des réunions familiales, des écoles et universités, etc. Mais le nombre de cas et de personnes hospitalisées a recommencé à s’accroître rapidement en septembre 2020, et le système de santé s’est trouvé une nouvelle fois en difficulté, au point que les gouvernements ont à nouveau pris des mesures visant à ralentir la pandémie. En France, les autorités ont choisi dans un premier temps d’établir un couvre-feu dans les grandes villes les plus touchées, puis à partir du 31 octobre un deuxième confinement général, plus souple que le précédent, avant de revenir à un couvre-feu à partir de la mi-décembre 2020. Les mesures visaient cette fois à éviter de bloquer fortement les sphères économique et éducative, pour cibler les activités de loisir et de sociabilité. Même si elles ont été bien moins strictes que le premier confinement, avec le maintien des activités des crèches et des écoles par exemple, ces mesures ont eu à nouveau des effets importants sur de nombreuses activités sociales. La deuxième vague de notre enquête, débutée le 17 décembre 2020, se situe juste après la fin du deuxième confinement et permet de rendre compte de cette période durant laquelle ont alterné diverses mesures de freinage de la pandémie.

Les étudiant·es qui s’étaient réfugié·es dans leurs familles pour le premier confinement sont revenu·es majoritairement à une résidence indépendante

La deuxième vague de notre enquête a été réalisée juste après la fin du deuxième confinement et durant la période des fêtes de fin d’année 2020. On aurait pu s’attendre à ce que les jeunes qui avaient rejoint leur famille ou leur belle-famille pour le premier confinement reproduisent cette situation ou même l’aient prolongé depuis le mois de mai. C’est le cas de certain·es, mais les données de notre deuxième questionnaire montrent que ce n’est pas ce qui s’est produit le plus souvent. La part des personnes de cette tranche d’âge résidant avec leurs parents est revenue peu ou prou à ce qu’elle était avant le premier confinement. Parmi les 18-30 ans ayant répondu aux questions de la deuxième vague de l’enquête, deux tiers de celles et ceux qui résidaient en dehors de leur famille avant le confinement et s’étaient confiné·es avec leurs parents sont revenu·es à une résidence indépendante, et presque un tiers (31%) de celles et ceux qui résidaient avec leurs parents avant et pendant le premier confinement ne résidaient plus avec eux en fin d’année.

L’interprétation de ce résultat implique de prendre en compte plusieurs éléments. Tout d’abord, beaucoup ont repris le travail ou les études après la fin du premier confinement. Pour les étudiant·es, si la fin de l’année universitaire 2019-2020 a donné lieu à peu de cours, même à distance, l’année suivante s’est déroulée différemment, les établissements s’étant dotés des moyens de visioconférence permettant aux enseignements de reprendre à un rythme pratiquement aussi élevé qu’auparavant. Ensuite, les personnes qui ont répondu en vague 2 ayant 8 ou 9 mois de plus qu’en vague 1, l’autonomisation habituelle dans cette tranche d’âge s’est évidemment poursuivie. Enfin, il ne faut pas négliger l’expérience parfois difficile de la cohabitation dans la durée avec les parents.

Une reprise du travail sous tension dans certaines professions et des pertes de revenus inégales selon les catégories sociales

Beaucoup de personnes qui avaient été mises en chômage partiel ou avaient dû mettre en sommeil une activité d’indépendant·e, ont retrouvé des rythmes plus intenses de travail, notamment dans les tranches d’âge les plus jeunes. Beaucoup témoignent des conditions difficiles de ce retour à des rythmes de travail plus intenses. Ainsi, de nombreux·ses enseignant·es se plaignent des conditions difficiles dans lesquelles ils ou elles ont dû travailler, avec des changements fréquents des consignes sur les précautions sanitaires et la gestion des élèves malades.

Lors de la première vague de l’enquête, nous avions posé une question sur les changements relatifs à l’emploi durant le premier confinement avec diverses réponses possibles (licenciement, chômage partiel, etc.). La même question était posée en vague 2, en précisant : « Depuis le déconfinement du 11 mai, avez-vous connu ?… », ce qui permet d’avoir une vue d’ensemble des changements depuis le début de la crise. Les changements ont été dans la ligne de ceux de la vague 1, avec une moindre amplitude pour les réductions de volume puisqu’une bonne part des activités qui avaient été mises à l’arrêt lors du premier confinement ne l’ont pas été par la suite.

En vague 2, nous avons posé une question générale sur l’évolution des revenus. Les réponses sont très corrélées aux réductions du volume de travail, tant en vague 1 qu’en vague 2 : 44% déclarent une diminution de revenus lorsque leur volume de travail a été réduit en vague 1, 63% si cette situation s’est reproduite par la suite alors que pour l’ensemble des réponses, la proportion est seulement de 23%. Cela explique que les catégories professionnelles ayant le plus fait l’expérience d’une réduction du volume de travail sont également celles dans lesquelles plus de personnes déclarent une diminution de leurs revenus.

Parmi les personnes déclarant une forte perte de revenus en vague 2, on trouve quelques salarié·es licencié·es. Certain·es de ces salarié·es travaillent dans des secteurs particulièrement touchés par la crise comme l’hôtellerie et la restauration. Mais on trouve surtout beaucoup d’indépendant·es, dans l’artisanat par exemple. Enfin, en dehors des personnes qui étaient en emploi avant le premier confinement, il y a le cas des personnes bénéficiant de bourses d’études. Pour les personnes qui étaient en recherche d’emploi, la situation a été aussi particulièrement difficile dans cette période.

En synthèse, les pertes de revenus sont logiquement bien plus fréquentes que les augmentations. Elles touchent plus fortement le secteur privé, notamment les travailleur·euses indépendant·es et les petit·es entrepreneur·euses, le secteur public apparaissant comme plus protégé et plus stable. Une fois cela pris en compte, à l’intérieur des deux secteurs, ce sont les catégories les moins favorisées, employé·es et ouvrier·es, qui subissent le plus des baisses de revenus. Les inégalités de revenus se sont donc accrues, mais à des degrés différents selon les secteurs d’activité. Ces diminutions de revenus ont touché aussi des étudiant·es qui n’ont plus accès à certains emplois temporaires et à certaines allocations, et les personnes en recherche d’emploi, qui ont vu les possibilités d’embauche se restreindre fortement.

Moins d’inquiétude et plus de fatigue

En vague 1, nous avions posé une question formulée ainsi : « Depuis le début du confinement, y a-t-il eu des moments où vous vous êtes senti(e) ?… ». Plusieurs réponses étaient possibles. En vague 2 les mêmes réponses étaient proposées pour la question adaptée de la façon suivante : « En ce moment, vous arrive-t-il de vous sentir ?… ». La comparaison des réponses fait apparaître une décroissance des expressions de sérénité (« détendu », « en forme », « heureux »), mais aussi de l’inquiétude, et en revanche un accroissement des expressions de fatigue.

La régression des expressions de sérénité s’explique par le fait que 57% des personnes qui exprimaient en vague 1 à la fois de la sérénité et de la souffrance (les autres réponses) ne déclarent plus cette fois que des expressions de souffrance. Comme ce type de réponses comprenant à la fois les deux registres (négatif et positif) décroissait avec l’âge, il en est de même pour la proportion de personnes qui exprimaient de la sérénité en vague 1 et ne le font plus en vague 2. En revanche la fatigue, dont la présence dans les réponses diminuait avec l’âge, s’est accrue plutôt chez les plus de 45 ans en vague 2. L’installation de la crise dans la durée finit donc par créer une fatigue chez des personnes qui n’en avaient pas ressentie durant le premier confinement. Quant à l’inquiétude, elle s’accroissait avec l’âge pendant le premier confinement mais c’est plutôt dans les tranches d’âge intermédiaires (31-60 ans) qu’elle a régressé à l’issue du deuxième confinement.

La fermeture mal vécue des activités culturelles et de restauration

Nous avons posé deux questions sur les mesures adoptées par le gouvernement : « Du point de vue de la gestion de la crise sanitaire par les autorités, pouvez-vous dire si les décisions suivantes vous ont contrarié·e ou énervé·e ? » ; et « Du point de vue de la gestion de la crise sanitaire par les autorités, pouvez-vous dire si vous avez jugé justifiées les décisions suivantes ?… ». Pour les deux questions, les propositions de réponse étaient les mêmes : 1. le premier confinement le 17 mars dernier ; 2. le déconfinement du 11 mai dernier ; 3. le deuxième confinement le 30 octobre dernier ; 4. le port du masque obligatoire dans les lieux publics ; 5.La fermeture des établissements scolaires et d’enseignement supérieur en mars dernier ; 6.Le maintien de l’ouverture des établissements scolaires le 30 octobre ; 7.La fermeture des librairies et des équipements culturels et sportifs ; 8.La fermeture des bars et des restaurants ; 9.La recommandation du télétravail ; 10.La fermeture des lieux de culte ; 11.L’interdiction des visites en EHPAD ; 12.Autres ; 13.Rien de tout cela.

Si les réponses « justifié » sont en général plus fréquentes que celles qui témoignent d’un énervement, ce n’est pas le cas pour la fermeture des librairies et des équipements culturels et sportifs, qui est largement rejetée. Comportant plus de diplômé·es que la moyenne de la population française, notre échantillon « penche » assez nettement à gauche (51% des personnes qui nous ont répondu en vague 2 se disent « très à gauche » ou « à gauche », la proportion allant jusqu’à 62% si l’on ne prend pas en compte les personnes qui répondent qu’elles ne se reconnaissent pas dans ces catégories), ce qui explique probablement en partie l’attachement aux activités culturelles. Mais la proportion des réponses « énervées » pour cette mesure dépasse aussi 50% pour les personnes qui se positionnent à droite ou à l’extrême-droite (lesquelles sont majoritairement « énervées » par la fermeture des bars et des restaurants).

La réaugmentation de la pression temporelle

Nous avons posé à nouveau en vague 2 la question sur le sentiment de manquer de temps libre. Une simple comparaison des réponses données dans les deux vagues par les mêmes personnes montre que le sentiment de manquer vraiment de temps libre est devenu plus fréquent (il passe de 10% à 18%), ce qui peut s’interpréter comme un retour à une régime temporel plus ordinaire. L’explication de cela réside évidemment en grande partie dans la reprise d’activités qui avaient été arrêtées ou fortement réduites durant le premier confinement. Par exemple, les étudiant·es ont eu des cours, même si très souvent à distance avec les dispositifs de visioconférence dont se sont dotés la plupart des établissements dès la fin de l’année universitaire 2019-2020.

Beaucoup de personnes qui avaient été mises en chômage partiel, ou avaient dû mettre en sommeil une activité d’indépendant·e, ont retrouvé des rythmes plus intenses de travail, notamment dans les premières tranches d’âge. Beaucoup témoignent des conditions difficiles de ce retour à des rythmes de travail plus intenses. Cela explique que le passage de réponses « pas ou peu de manque de temps » à « manque un peu ou beaucoup de temps » soit plus fréquent pour les jeunes, puis diminue avec l’âge, même si le retour à des rythmes plus intenses a été difficile pour tout le monde. Il semble donc que la période sur laquelle portent les questions de la vague 2 (du 11 mai à la fin de l’année 2020) corresponde à un retour à une régime temporel plus proche de l’ordinaire, mais dans un contexte dégradé et contraint.

Les changements relationnels amorcés durant le premier confinement ont eu des effets durables dans la période suivante

Pour toutes les questions concernant les relations interpersonnelles posées dans le premier questionnaire, nous avons cherché à déterminer si les changements observés avaient ou non duré, en revenant systématiquement sur les réponses au premier questionnaire de chacune des personnes interrogées.

Les effets du premier confinement sur les relations se sont poursuivis dans les mois suivants : 57% des personnes qui avaient mentionné des relations dégradées en vague 1 disent en vague 2 que ces relations ont continué à se dégrader ; 77% de celles qui avaient cité des relations perdues de vue n’en ont renoué aucune ou seulement quelques-unes ; 81% des personnes qui avaient créé de nouvelles relations disent avoir maintenu le lien avec ces personnes ; et 54% des relations qui avaient été mentionnées comme renforcées durant le confinement ont conservé le même niveau de proximité. Les effets de la crise sur les relations interpersonnelles se sont donc prolongés après le premier confinement. Il ne s’agit pas cependant d’un bouleversement radical des réseaux personnels, c’est-à-dire de l’ensemble des relations d’une personne. Les relations perdues de vue ou dégradées concernent en général seulement quelques personnes, de même que les nouvelles ou les relations renforcées. Il faut se rappeler que les entourages ordinaires (les personnes à qui l’on pense, avec qui l’on communique régulièrement) comportent souvent plus d’une vingtaine de personnes.

L’analyse des données de la vague 1 a montré un certain repli sur les liens forts (la famille proche, les ami·es les plus apprécié·es) et sur des personnes socialement proches (en termes de niveau d’études ou de situation de famille). Sans forcément bouleverser en profondeur la configuration des entourages, la suite de la crise a probablement favorisé ces évolutions et leur inscription dans la durée.

La sociabilité des jeunes est restée perturbée

En vague 1, les 18-30 ans déclaraient plus souvent que les autres personnes des relations dégradées ou perdues de vue, sans que leur mention de relations nouvelles soit plus élevée que pour les 31-45 ans. Les analyses statistiques et les commentaires laissés en fin de questionnaire faisaient apparaître une sociabilité perturbée par l’arrêt de beaucoup d’activités et les contraintes sur les déplacements. Les personnes de cette tranche d’âge sont en général engagées dans une sociabilité intense qui se réalise dans des activités effectuées en dehors du domicile et qui se traduit par un renouvellement relativement rapide des relations. Le premier confinement avait donc logiquement eu plus d’effets sur les relations de ces personnes que sur celles des autres catégories d’âge.

On retrouve ces tendances en vague 2. Les 18-30 ans ont en particulier moins souvent renoué des contacts avec les personnes perdues de vue (19% disent avoir renoué avec toutes les personnes perdues de vue, alors que cette proportion est de 23% pour l’ensemble des réponses), et ils et elles ont moins fréquemment gardé le lien avec les personnes rencontrées durant le premier confinement (41% disent avoir gardé le lien avec toutes les personnes rencontrées contre 62% pour les plus de 60 ans par exemple).

Ce dernier point peut s’expliquer si l’on tient compte du fait que les jeunes ont plus souvent mentionné des rencontres en ligne (32% en déclarent dans cette catégorie d’âge contre 17% pour l’ensemble des réponses) et que ces relations se révèlent plus fragiles dans toutes les tranches d’âge : 37% des personnes ayant mentionné ce type de nouveaux contacts disent n’avoir maintenu le lien avec aucun d’entre elles et eux, contre 16% pour les personnes qui n’avaient pas mentionné ce contexte de création des relations nouvelles.

Une autre des spécificités des 18-30 ans est le fait d’avoir plus souvent changé de résidence lors du premier confinement et par la suite, ce qui a également entraîné des difficultés à maintenir les liens, aussi bien nouveaux que plus anciens. Enfin, malgré les périodes de déconfinement, beaucoup d’activités sont restées fermées ou réduites, restreignant les contextes de création de nouvelles relations, ce qui est évoqué par de très nombreux commentaires.

En revanche, ils et elles sont un peu moins nombreux·ses à déclarer en vague 2 des relations nouvellement dégradées ou avec des contacts diminués après la fin octobre 2020. Cela peut s’interpréter en considérant les différences entre les deux périodes : le deuxième confinement et les différentes périodes de couvre-feu n’ont pas eu le même effet de restriction brutale des interactions que le premier confinement, ils se sont plutôt présentés comme une sorte d’ordinaire dégradé et sous contrainte ne permettant pas de revenir à la situation antérieure à la crise, mais n’impliquant pas de rupture forte avec ce qui les a précédés. Les jeunes sont donc resté·es particulièrement touché·es dans leur vie relationnelle après la fin du premier confinement.

Les relations des personnes ayant connu des dégradations de leurs revenus et de leur épargne ont été affectées de façon plus durable

Dans le deuxième questionnaire, nous avons cherché à mieux caractériser les relations dégradées et les pertes de contacts liées à la crise. La fréquence de mention des pertes de relation s’accroît avec les niveaux d’études. Les différences concernent essentiellement les ami·es et les collègues, dans les deux cas surtout pour les plus de 45 ans. On peut voir dans ces tendances une sorte de reflet inversé des caractéristiques habituelles des réseaux personnels des personnes de niveaux d’études différents : les personnes les plus diplômées ont plus de relations, et en particulier plus d’ami·es et de collègues, et elles en perdent donc plus dans le contexte de la crise, à cause des limitations des déplacements et des interactions.

Les personnes qui font particulièrement état d’une diminution à la fois de leurs revenus et de leur épargne sont particulièrement nombreuses parmi celles qui ont connu des réductions d’activités professionnelles en vague 1 et en vague 2 (31% contre 10% dans l’ensemble des réponses de la vague 2), et plus généralement parmi les indépendant·es : un tiers des agriculteur·ices, artisan·es et commerçant·es ont connu des diminutions de revenus et d’épargne. Ces personnes ont mentionné plus souvent que les autres des relations dégradées en vague 1 (25% contre 16%) et également un peu plus de relations dégradées ou perdues de vue en vague 2 (44% contre 40%). Elles sont aussi plus nombreuses à déclarer en vague 2 ne pas avoir renoué avec les personnes perdues de vue en vague 1 (33% contre 25%) ou à avoir vu les relations dégradées en vague 1 continuer à se dégrader par la suite (44% contre 35%). Logiquement elles citent plus fréquemment les collègues parmi les relations dégradées ou perdues de vue en vague 2 (11% contre 8%). En revanche, en vague 1 en réponse à la question sur les personnes dont elles se sont rapprochées, elles ont plus souvent cité la famille proche, en particulier les frères et sœurs (36% contre 29%). Les personnes dont les moyens financiers ont été réduits par la crise font donc aussi l’expérience d’une érosion de leurs relations plus marquée que pour les autres.

En résumé, les personnes déclarant en général plus de relations connaissent dans le cadre de la crise sanitaire et sociale plus de pertes de relations mais aussi plus de créations de nouveaux liens, donc un renouvellement plus marqué de leur réseau personnel. Les différences se font surtout sur les relations choisies (les ami·es, les personnes connues dans des cadres associatifs) ou liées au contexte professionnel. Les relations familiales en revanche sont touchées de façon similaire dans tous les niveaux d’études. Si l’on désigne comme « résilience relationnelle » le fait de renouer les liens avec des personnes perdues de vue ou avec qui la relation s’est dégradée, alors cette résilience semble croître avec le niveau d’études. Les réseaux des moins diplômé·es, plus restreints en moyenne au départ, sont quantitativement moins perturbés par la crise, mais lorsqu’ils le sont, cela semble être de façon plus durable, moins réversible.

Un ordinaire de crise

Dans l’ensemble, la période observée par le deuxième questionnaire (du 17 décembre 2020 au 26 janvier 2021) apparaît par rapport à celle du premier confinement comme marquée par une sorte d’installation dans un ordinaire de crise : beaucoup de personnes seules qui s’étaient confinées au printemps avec d’autres personnes sont revenues à la situation antérieure, et les contacts avec la famille et les ami·es semblent être passés d’une logique d’urgence, avec une sollicitation accrue des proches, à une logique de retour à un ordinaire contraint, l’installation dans une situation de long terme. Cet ordinaire est en effet très particulier, les contraintes se faisant sentir fortement dans toutes les réponses. La régression très nette des expressions de sérénité (« détendu », « en forme », « heureux ») dans la question sur les sentiments suggère une fatigue croissante par rapport à une crise qui dure et dont on ne perçoit pas la fin. Alors que le confinement du printemps 2020 pouvait avoir pour certaines personnes des aspects de rupture bienvenue avec les contraintes et la frénésie du quotidien, l’enchaînement ensuite des couvre-feux et d’un nouveau confinement rend la situation de plus en plus pénible. On retrouve cela avec les questions sur la pression temporelle, qui signalent une sorte de retour à un régime plus tendu que lors du premier confinement, mais en contexte de crise avec en particulier une dégradation durable des conditions de travail.

La question des relations interpersonnelles était l’une de nos préoccupations de recherche, et c’est un bon indice des changements dans les situations sociales des personnes. Le premier questionnaire montrait l’existence d’effets non négligeables du confinement : relations dégradées, personnes perdues de vue, relations nouvelles ou renforcées, repli sur les liens forts et les relations avec des personnes aux caractéristiques sociales similaires. En vague 2, huit ou neuf mois après les réponses de la vague 1, beaucoup de changements dans les relations exprimés durant le confinement sont considérés comme toujours d’actualité : dans plus de la moitié des cas, les liens sont restés aussi forts avec les personnes dont on s’était rapproché·e, plus de la moitié des personnes disent qu’au moins une partie des relations dégradées ne sont pas revenues à la situation antérieure, environ les trois quarts disent que tous les liens perdus de vue n’ont pas été retrouvés, et plus de la moitié déclarent qu’au moins une partie des relations créées à la faveur du confinement sont toujours actives. Autrement dit, après le choc du premier confinement, les relations sociales restent perturbées, voire abîmées, et continuent de se dégrader de façon plus continue et progressive.

Les mesures gouvernementales sont contestées mais apparaissent majoritairement acceptées, à l’exception notable de l’arrêt des activités culturelles qui signalent l’importance de ces activités pour des répondants en moyenne plus diplômés que l’ensemble de la population, peut-être en temps de crise encore plus qu’à l’ordinaire.

Un an plus tard : fin 2021, le début d’une sortie de crise

L’année 2021 a été marquée par les campagnes de vaccination, qui avaient débuté en décembre 2020, par un troisième confinement du 3 avril au 3 mai, puis par l’instauration du passe sanitaire en juin. Notre troisième vague d’enquête par questionnaire, débutée le 17 décembre 2021, intervient donc dans une période où la plupart des contraintes de type confinement ou couvre-feu ont été levées, mais où le débat sur les vaccins est encore vif. Nous avons donc ajusté nos questions à cette situation.

La réinterprétation des changements de logement pour le premier confinement

Nous avons à nouveau posé des questions sur la composition du foyer. Les réponses permettent de confirmer le retour des étudiant·es et plus généralement des jeunes à une résidence indépendante, y compris la minorité de personnes qui étaient restées dans leur famille après le premier confinement.

Nous avons aussi posé des questions sur les changements de logement dans différentes périodes (durant le premier confinement, entre mai et octobre 2020, entre octobre et décembre 2020, entre décembre 2020 et avril 2021, pendant le troisième confinement, après le troisième confinement). Nous avons été surpris de voir que, parmi les personnes qui avaient déclaré en vague 1 avoir changé de logement pour le confinement (et cela était confirmé par la composition de leur foyer avant et pendant le confinement), 27% seulement disent à présent l’avoir fait à l’époque. En revanche 84% de celles qui disent l’avoir fait à l’époque l’avaient déjà déclaré en vague 1. On peut penser que pour beaucoup d’étudiant·es ce changement a été perçu a posteriori comme un retour provisoire dans la famille, similaire à ceux effectués durant les vacances universitaires, et qu’il n’est plus considéré presque deux années plus tard comme un changement de logement significatif. Parmi les personnes qui avaient déclaré en vague 2 avoir changé de logement après le confinement, 56% disent à présent l’avoir fait entre mai 2020 et octobre 2020 et 92% de celles et ceux qui déclarent cela à présent, nous avaient signalé cela en vague 2. Ici la mémoire est plus fraîche et les changements de logement ont probablement plus de signification aux yeux des personnes.

Les situations professionnelles dans la continuité de la vague précédente

Les situations professionnelles s’inscrivent dans la continuité de la vague précédente. Lorsque les personnes déclaraient que leur situation professionnelle avait changé en 2021, il leur était demandé de redonner les informations sur leur situation professionnelle actuelle, leur profession et la catégorie professionnelle à laquelle celle-ci se rattache. Les évolutions observées sont assez logiques : 95% des personnes en emploi en vague 1 y sont toujours ; 40% de celles qui étaient en apprentissage ou en stage sont à présent en emploi. Une partie des étudiant·es de la vague 1 est à présent en emploi, ce qui explique en partie la proportion moindre des étudiants dans notre échantillon par rapport à la vague 1. En revanche, une majorité des personnes qui étaient en recherche d’emploi sont toujours dans cette situation.

Sur une période aussi courte, les mobilités professionnelles sont limitées. Le seul changement notable concerne les ouvrier·es, dont 10% se déclarent à présent employé·es.

Lorsque l’on examine les dégradations des conditions de travail et la diminution des revenus par rapport à la période précédente, telles que les déclarent les personnes en emploi, on se rend compte que si toutes les catégories sont assez proches en ce qui concerne la dégradation des conditions de travail (entre 25% et 32% en déclarent), à l’exception des agriculteurs et agricultrices qui n’en déclarent aucune, et des artisan·es et commerçant·es qui en déclarent un peu moins (20%), il n’en est pas de même pour la diminution des revenus, plus marquée pour les indépendant·es (35% des artisan·es et commerçant·es en déclarent), les agriculteurs et agricultrices (27%) et pour les ouvrier·es (16%).

Le télétravail a régressé par rapport à la période du premier confinement mais reste plus fréquent qu’avant la crise

En vague 1, durant le premier confinement 72% des personnes13 avaient déclaré travailler au moins une partie du temps dans leur logement. En réponse à une question de la vague 3 sur leur situation durant le deuxième confinement, elles n’étaient plus que 52% à avoir déclaré travailler en partie dans leur logement, et elles sont 44% dans cette situation en vague 3. Comme nous avons plus de cadres que dans la population française, ces proportions sont surestimées. Ainsi l’Insee évaluait à 22% la part des salarié·es travaillant au moins parfois chez eux en 202214. Le télétravail a donc augmenté en comparaison avec la situation d’avant la crise.

Notre enquête est bien sûr moins précise que celles des grands organismes publics de statistique, mais elle permet en revanche de voir comment la situation a évolué pour les mêmes personnes. Si l’on s’intéresse aux personnes qui étaient en télétravail, au moins partiellement, en vague 1 et qui ne le sont plus en vague 3, on trouve en particulier des professions du secteur public. Ainsi, 45% des cadres de ce secteur qui étaient au moins en partie en télétravail durant le premier confinement sont revenus fin 2021 à du travail sur site exclusif, alors que ce n’est le cas que de 25% des cadres du privé. La même tendance s’observe pour les professions intermédiaires (48% contre 27% pour la même catégorie professionnelle dans le privé).

Relations interpersonnelles : une forme de retour à l’ordinaire qui garde des traces de la crise

La crise a laissé des traces : les relations renforcées lors du premier confinement restent très majoritairement aussi fortes. Plus de la moitié des relations citées comme perdues de vue ou dégradées en vague 2 n’ont pas été renouées. 45% des personnes déclarent avoir des conflits avec des personnes de leur entourage à cause de la crise. Dans 85% des cas, cela n’a pas été jusqu’à une rupture de la relation. Un peu moins de 16% des personnes déclarent avoir noué de nouvelles relations dans le contexte de la crise. Plus de 23% avaient déclaré des nouveaux contacts en vague 1. Il semble donc qu’une partie non négligeable de ces nouveaux contacts du premier confinement (beaucoup de voisins et de personnes rencontrées en ligne) n’aient pas donné lieu à des relations pérennes.

Les 18-30 ans, notamment les étudiant·es, avaient été les plus bousculé·es par l’épreuve du premier confinement, puis de la crise sanitaire dans la durée. Cependant, en vague 3, les 18-30 ans sont en grande partie revenu·es à des dynamiques relationnelles qui leur sont habituelles. Par exemple, les personnes de cette catégorie d’âge sont plus nombreuses que les autres à déclarer en vague 3 avoir créé de nouvelles relations dans le contexte de la crise, alors que ce n’était pas le cas dans les questionnaires précédents, ce qui signifie que ces relations ont été créées pour l’essentiel en 2021 avec le retour des activités à travers lesquelles se créent les relations (vie universitaire pour les étudiant·es, soirées, sorties, etc.). Si les personnes de cette catégorie d’âge ont été les plus touchées dans leurs relations, elles sont aussi celles pour qui les changements ont été les plus éphémères (changements mentionnés en vague 1 mais qui ne le sont plus en vague 3).

Dans les catégories d’âge suivantes (de 31 à 60 ans), les personnes qui déclarent manquer de temps, plus nombreuses qu’en vague 2, disent aussi plus fréquemment qu’elles ont eu des conflits au sujet du vaccin ou du passe vaccinal avec des personnes avec lesquelles elles sont en relation (59% contre 55%), et elles sont moins nombreuses à dire garder la même fréquence de contact avec les personnes dont elles disaient s’être rapprochées en vague 1 (60% contre 54%). Progressivement, le retour aux rythmes d’avant la crise laisse moins de temps à consacrer aux proches que pendant le premier confinement parmi les actifs. Et de fait, le sentiment de manquer de temps libre (« vraiment » ou « un peu »), qui constituait 26% des réponses en vague 115 et 40% en vague 2, en représente 48% en vague 3, ce qui rejoint à peu près les niveaux d’avant la crise16.

Le premier confinement a donc amorcé une reconfiguration partielle des réseaux personnels qui s’est poursuivie avec l’allongement de la crise, mais s’est estompée avec le retour à une sociabilité plus ordinaire. Les activités ont repris et les contextes de création et de maintien des relations sont à nouveau présents.

Plus les liens sont forts, mieux ils résistent dans la durée

Nos données permettent d’examiner l’évolution dans la durée des différents types de relations : est-ce que les relations qui avaient été déclarées renforcées durant le premier confinement sont restées fortes ? Est-ce que les relations perdues mentionnées en vague 2 ont été renouées par la suite ? Est-ce que les relations nouvelles sont restées actives ?… Si l’on fait un bilan de ces questions, on obtient un ordre entre les relations, du lien (en moyenne) le plus fort au plus faible, qui est le suivant : d’abord la famille proche ; ensuite le reste de la famille, puis les ami·es, les collègues, les voisin·es, et enfin les autres connaissances. La part des liens renforcés qui sont restés forts s’ordonne de cette façon, ainsi que la part des liens perdus qui ont été renoués. Autrement dit, plus les liens qui se sont renforcés dans le contexte de la crise étaient forts, plus ce renforcement a été durable. Plus les liens qui ont été au contraire perdus ou devenus conflictuels étaient forts, plus ils ont été renoués par la suite.

Parmi les personnes ayant répondu au troisième questionnaire, 16% avaient déclaré en vague 1 avoir créé de nouvelles relations avec des voisin·es. Interrogées rétrospectivement dans ce troisième questionnaire sur les relations créées dans le contexte de la crise, seulement 3% déclarent avoir créé de nouvelles relations avec des voisin·es (7% pour celles qui en avaient déclarées en vague 1). Parmi celles-ci, 40% avaient déclaré des relations nouvelles avec des voisin·es en vague 1. On peut donc faire l’hypothèse qu’une part importante des relations nouvelles avec des voisin·es créées durant le premier confinement n’est pas devenue pérenne.

Le refus du vaccin lié au positionnement politique

Le refus du vaccin (réponse « Non, et vous n’avez pas l’intention de le faire » à la question « Vous êtes-vous fait vacciner contre le Covid-19 ? ») représente un peu plus de 5% des réponses et varie avec le type de profession et le positionnement politique. Les personnes qui refusent de se faire vacciner sont plus nombreuses parmi les moins diplômé·es ou les professions d’ouvrier·es ou d’employé·es, et parmi les personnes se positionnant aux extrêmes sur une échelle gauche-droite (23% pour les employé·es ou ouvrier·es se positionnant « très à droite », 16% pour les membres de ces catégories qui se situent « très à gauche »), parmi les membres des professions intermédiaires « très à droite » (17%) et les artisan·es , commerçant·es et agriculteurs·ices « à droite » (18%).

Les personnes refusant le vaccin sont plus nombreuses parmi celles qui avaient plus fortement que d’autres transgressé les règles du premier confinement (et pour les cadres, parmi celles qui avaient trouvé celui-ci plutôt agréable). Elles déclarent aussi plus de relations conflictuelles.

Un relatif retour à l’ordinaire

Les réponses issues de cette troisième vague d’enquête indiquent une forme de sortie de crise. La composition des foyers semble revenir à la situation antérieure à la crise. Les changements familiaux et professionnels tendent à concerner les mêmes personnes que celles qui en avaient déclaré en vague 2. Les perceptions du premier confinement suggèrent qu’une partie des changements de résidence de l’époque n’ont pas été considérés comme tels après coup, notamment chez les jeunes (les 18-30 ans constituent les deux tiers des personnes dont les réponses sont contradictoires sur ce point entre la vague 1 et la vague 3). Le télétravail a régressé, mais tout en se maintenant à un niveau plus élevé qu’avant la crise sanitaire. Le sentiment de manquer de temps libre se rapproche de la situation d’avant crise. L’inquiétude continue de se réduire, mais la fatigue continue en revanche d’augmenter.

Les relations affectées par la crise le sont restées, mais les activités sociales et les processus de création des liens sont revenus à la situation d’avant la crise sanitaire, ce qui se traduit par exemple par la proportion élevée de créations de nouvelles relations pour les 18-30 ans.

Conclusion : une crise qui laisse des traces

La crise sanitaire de la Covid-19 a pris une forme inédite avec des politiques de freinage de la pandémie qui, partout dans le monde, ont impliqué des perturbations massives des activités sociales. L’enquête « La vie en confinement », lancée en avril 2020 durant le premier confinement français, avait à l’origine pour objectif de documenter cette situation inédite et d’évaluer les effets de ce confinement sur les situations résidentielles, de travail, de loisir, sur les relations interpersonnelles et le rapport des personnes aux autorités publiques. L’évolution de la crise nous a conduit·es à prolonger la recherche et à l’ajuster à la situation. Nous avons ainsi décidé la réalisation d’une deuxième vague au moment du deuxième confinement de la fin 2020, puis d’une troisième vague un an plus tard dans une période au cours de laquelle une part importante des contraintes avaient été levées, à l’exception de celles relatives à la vaccination. Nous avons maintenu l’orientation de la recherche, centrée sur les effets sociaux des politiques de freinage et non sur la pandémie elle-même. Nous avions confiance dans les multiples enquêtes épidémiologiques pour documenter l’aspect strictement sanitaire, mais nous pensions que les aspects sociaux méritaient un traitement spécifique.

Les résultats obtenus nous semblent confirmer la pertinence de cette orientation. Le premier confinement a constitué un choc qui a bouleversé une très grande part des activités sociales. Le recentrage sur le logement a conduit de nombreux jeunes, notamment parmi les étudiant·es, à rejoindre le domicile de leurs parents, lesquels ont aussi dû s’adapter à ce retour de jeunes adultes ayant leurs propres besoins. Certains foyers ont vu partir certains de leurs membres pour des raisons très diverses. En cumulant les cas de figure, c’est environ un cinquième des personnes qui ont été confrontées à une reconfiguration temporaire du foyer.

La vie confinée à impliqué de multiples ajustements dans l’organisation familiale, le partage des tâches domestiques ou d’éducation. Les femmes ont absorbé la plus grande part de l’accroissement des tâches, tout en étant très investies dans le maintien des relations sociales. Les personnes ont cherché à maintenir les relations sociales qui comptaient le plus pour elles, devant parfois faire le tri entre les autres relations, ou subissant les effets du recentrage de la sociabilité de certaines de leurs connaissances. Les relations des jeunes ont été les plus affectées par l’arrêt de nombreuses activités qui constituent habituellement les contextes dans lesquels les relations se créent, se maintiennent, ou se rompent. Les personnes résidant seules ont aussi été très perturbées dans leurs activités relationnelles, effectuées habituellement en extérieur. Pour les plus âgées de ces personnes, l’isolement a parfois suscité un sentiment douloureux de solitude.

Malgré les politiques de préservation de l’emploi et des revenus, certaines personnes ont rencontré des difficultés professionnelles importantes, notamment les « petit·es indépendant·es » qui vivaient de services peu formalisés, ou les précaires de certains métiers.

Sur le plan politique, si les mesures décidées par le gouvernement ont suscité de nombreuses critiques, notamment de la part des personnes dont les positions politiques étaient déjà hostiles à celles de ce gouvernement, elles ont été globalement respectées. Les personnes qui ont pris des libertés avec les règles l’ont fait selon des logiques diverses (contexte urbain ou rural, rapport général aux règles, positionnement politique, etc.). Et bien que certaines personnes aient décrit le confinement comme une sorte de pause bienvenue, surtout au début, ce confinement très strict a le plus souvent constitué une épreuve, suscitant des sentiments de fatigue et d’inquiétude.

La période qui a suivi le premier confinement a été marquée par divers épisodes de retour à certaines contraintes, moins strictes que pour le premier confinement, mais qui ont continué à perturber de nombreuses activités. Ainsi les étudiant·es, s’ils et elles ont en général pu reprendre les cours à l’automne 2020, ont dû souvent le faire « à distance » et ont dû faire face à la réduction des activités sociales qui rythment la vie étudiante en temps ordinaire. La réouverture des crèches et des écoles a allégé les contraintes qui avaient pesé majoritairement sur les femmes durant le premier confinement, même si chaque épisode de confinement a accru les charges domestiques. Les activités économiques ont repris mais avec encore de fortes contraintes sur certaines (activités culturelles, hôtellerie et restauration, etc.), maintenant beaucoup de personnes dans l’incertitude ou dans des situations précaires. Les relations interpersonnelles qui avaient été affectées durant le premier confinement le sont en majorité restées ensuite, ce qui pérennise certaines modifications des réseaux personnels. Un nombre non négligeable de personnes ont ajusté des projets résidentiels, professionnels ou familiaux à cause de la crise : accélération ou report à plus tard de certains projets, nouvelles perspectives…

Au moment de la troisième vague de notre enquête, les données montrent une forme de retour à l’ordinaire, avec la levée de la plupart des contraintes. La pression temporelle redevient pratiquement ce qu’elle était avant la crise, les processus relationnels (création, maintien, dissolution des relations) ont retrouvé leurs dynamiques ordinaires, les jeunes se remettant à créer de nombreuses relations dans des contextes de sociabilité retrouvés.

Il resterait à documenter la situation dans la phase suivante, alors que la généralisation de la vaccination et l’évolution du virus ont en quelque sorte banalisé cette pathologie et qu’une autre crise, d’une autre nature, s’est déclenchée avec la guerre en Ukraine. Nous allons donc poursuivre cette recherche.

Méthodologie. Les données de ce dossier proviennent des trois premières vagues de l’enquête « La vie en confinement » (Vico). Celui-ci a reçu le soutien de l’ANR dans le cadre de l’appel Flash RA-COVID-19 (programme ANR-20-COV8-007, 2020-2022), de l’Institut sociétés en mutation Méditerranée (SOMUM) d’Aix-Marseille Université, de l’Université Grenoble Alpes, de la MSH-Alpes et du Labex « Structurations des Mondes Sociaux » (ANR-11-LABX-0066).

La première vague de l’enquête Vico a été réalisée par questionnaire entre le 15 avril et le 10 mai 2020. Elle visait à recueillir des informations sur la situation des Français.es vis-à-vis du logement et du travail avant et pendant le confinement, ainsi que sur leurs activités et les évolutions de leurs relations personnelles pendant le confinement. Le questionnaire de l’enquête a été administré en ligne à un échantillon final de 16 224 personnes âgées de 18 ans et plus résidant en France pendant le confinement.
Parmi ces personnes, 5 448 avaient laissé leurs coordonnées et donné leur accord pour être interrogées à nouveau. Un deuxième questionnaire a été adressé à ces personnes en décembre 2020, permettant de collecter 3 620 réponses. En 2021 des enquêtes par entretiens ont été effectuées auprès de 200 personnes. Enfin, un troisième questionnaire a été adressé aux personnes qui avaient laissé leurs coordonnées en décembre 2021, ce qui a permis de collecter 2974 réponses. Les questions portaient principalement sur le logement, la configuration familiale, la situation de travail, les relations sociales, les sentiments éprouvés, les réactions face aux contraintes (confinement, attestation, passe sanitaire, etc.) et les activités de loisir.

Des informations détaillées sur le programme de recherches Vico sont disponibles ici : https://vico.hypotheses.org.

Pour citer les données :
Equipe Vico [auteurs] : Enquête « La vie en confinement – Vagues 1, 2 et 3 » (avril 2020-janvier 2022).

Pour citer cette publication :
Equipe Vico, « Les effets sociaux de la crise sanitaire de la Covid-19 : principaux résultats de de l’enquête “La vie en confinement” », La vie en confinement : études et résultats, n° 11, mis en ligne le 23 mars 2023, https://vico.hypotheses.org/646.



Citer ce billet
Pierre Mercklé (2023, 23 mars). Les effets sociaux de la crise sanitaire de la Covid-19 : principaux résultats de l’enquête « La vie en confinement » (Vico, 2020-2023). La vie en confinement. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v74v

  1. L’équipe initiale de l’enquête Vico est constituée de : Marie-Pierre Bès, LISST, Université Toulouse Jean Jaurès ; Claire Bidart, CNRS – LEST, Aix Marseille Université ; Adrien Defossez, LISST, Université Toulouse Jean Jaurès ; Guillaume Favre, LISST, Université Toulouse Jean Jaurès ; Julien Figeac, CNRS – LISST, Université Toulouse Jean Jaurès ; Michel Grossetti, CNRS – LISST, EHESS, Université Toulouse Jean Jaurès ; Lydie Launay, LISST, Université Toulouse Jean Jaurès ; Nicolas Mariot, CNRS – CESSP, Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), Université Paris 1 ; Pierre Mercklé, PACTE, Université Grenoble Alpes ; Béatrice Milard, LISST, Université Toulouse Jean Jaurès ; Anton Perdoncin, Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) ; Benoît Tudoux, CNRS – Institut des sciences sociales du politique (ISP). Marie-Pierre Bès avait été l’une des premières à réfléchir à une enquête sur le premier confinement. Elle a participé à la conception des deux premiers questionnaires, mais, atteinte d’une grave maladie décelée au mois d’octobre 2020, elle n’a pu malheureusement que suggérer des lignes d’analyse avant de décéder le 25 février 2021. Cette note lui est dédiée. Après la réalisation du premier questionnaire, de nombreux autres collègues nous ont aidé à poursuivre l’enquête et à en analyser les résultats, parmi lesquels Stéphanie Abrial, Sandrine Astor, Margaux Aupoil, Anne-Sophie Béliard, Anne Bonneville, Lorraine Bozouls, Vincent Cardon, Cécile Charlap, Mathilde Chavatte, Anaïs Collet, Jean-Luc Demonsant, Colin Giraud, Borbala Goncz, Frédéric Gonthier, Tristan Guerra, Léo Joubert, Olivier Lê Van Truoc, Antoine Machut, Simon Paye, Tristan Poullaouec, Mélodie Renvoisé, Liza Rives, Hélène Steinmetz, Ingrid Tucci et Olivier Zerbib. Ce programme de recherche a reçu le soutien de l’ANR dans le cadre de l’appel Flash RA-COVID-19 (programme ANR-20-COV8-007, 2020-2022), de l’Institut sociétés en mutation Méditerranée (SOMUM) d’Aix-Marseille Université, de l’Université Grenoble Alpes, de la MSH-Alpes et du Labex « Structurations des Mondes Sociaux » (ANR-11-LABX-0066). []
  2. Voir Équipe Vico (2020), « La traversée du confinement : résultats de la première vague de l’enquête Vico », La vie en confinement : études et résultats, n° 3, mis en ligne le 15/12/2020, https://vico.hypotheses.org/94. []
  3. Pour plus détails sur cette période, voir la synthèse en ligne citée dans la note précédente, mais également l’ouvrage collectif dirigé par Nicolas Mariot, Pierre Mercklé et Anton Perdoncin (2021), Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Éditions, coll. « Carrefour des savoirs », http://books.openedition.org/ugaeditions/18372. []
  4. Les déplacements n’étaient autorisés que pour : 1. aller travailler (si le télétravail est impossible) ; 2. effectuer des achats de première nécessité dans les établissements dont l’activité était autorisée ; 3. se rendre à la pharmacie ou chez le médecin, si la consultation ne pouvait pas être différée ou était impossible à distance ; 4. pratiquer une courte activité physique individuelle ou une promenade dans un rayon maximal d’un kilomètre autour de son domicile et dans la limite d’une heure quotidienne ; 5. se rendre à une convocation judiciaire ou administrative ; 6. participer à une mission d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative ; 7. un motif familial impérieux destiné à l’assistance aux personnes vulnérables ou à la garde d’enfants. []
  5. Outre Vico, de multiples autres enquêtes ont été réalisées durant le premier confinement, certaines se poursuivant dans les mois suivants. Parmi celles qui ont porté sur des échantillons large et dont les résultats sont comparables à ceux de Vico, citons « COronavirus et CONfinement : Enquête Longitudinale » (Coconel) (https://www.ined.fr/fichier/rte/General/ACTUALIT%C3%89S/Covid19/COCONEL-note-synthese-vague-11_Ined.pdf) et Epicov (https://www.epicov.fr/publications/). Lorsque nous avons pu comparer les résultats, ceux-ci se sont révélés très convergents. []
  6. Pour des analyses plus détaillées, voir : Pierre Mercklé, « Qui est resté, qui est parti ? », dans l’ouvrage Personne ne bouge : Une enquête sur le confinement du printemps 2020, http://books.openedition.org/ugaeditions/18507 ; ou dans le même ouvrage, Lydie Launay et Michel Grossetti, « Rester chez soi » : comment le confinement a-t-il été vécu selon les conditions de logement ? », http://books.openedition.org/ugaeditions/18517 ; ou encore Michel Grossetti et Lydie Launay, « Turbulences résidentielles et parcours de vie », dans la revue Temporalités, http://journals.openedition.org/temporalites/9518. []
  7. Pour des analyses plus détaillées, voir dans l’ouvrage Personne ne bouge … les chapitres suivants : Vincent Cardon et Anton Perdoncin, « Comment la crise sanitaire devient-elle une crise sociale ? », http://books.openedition.org/ugaeditions/18597 ; Anton Perdoncin ; Tristan Poullaouec et Mélodie Renvoisé « La première vague a-t-elle épuisé les soignant·es ? », http://books.openedition.org/ugaeditions/18562 ; Vincent Cardon et Antoine Machut, « Les travailleurs sur site, tous visibles et reconnus ? », http://books.openedition.org/ugaeditions/18582 ; Anaïs Collet, Colin Giraud et Hélène Steinmetz, « Faut-il télétravailler pour être heureux ?, http://books.openedition.org/ugaeditions/18542 ; Tristan Poullaouec, « La « continuité pédagogique » a-t-elle fonctionné ? », http://books.openedition.org/ugaeditions/18637. []
  8. Voir : Cécile Charlap et Michel Grossetti, « Femmes et hommes égaux face aux contraintes du confinement ? », dans Personne ne bouge…, http://books.openedition.org/ugaeditions/18642 ; ainsi que Cécile Charlap, « Le “temps des femmes” pendant le confinement (mars-mai 2020) », Temporalités,, http://journals.openedition.org/temporalites/9146 ; et Equipe Vico (2020), « La traversée du confinement : résultats de la première vague de l’enquête Vico », La vie en confinement : études et résultats, n° 3, https://vico.hypotheses.org/94. []
  9. Pour des analyses plus détaillées, voir dans l’ouvrage Personne ne bouge … les chapitres suivants : Adrien Defossez, Michel Grossetti, Pierre Mercklé, « Fatigués, inquiets, détendus ou heureux… Qu’ont ressenti les Français pendant le confinement ? », http://books.openedition.org/ugaeditions/18617 ; Olivier Zerbib, « Le foyer familial est-il un cocon protecteur ? », http://books.openedition.org/ugaeditions/18757 ; et Simon Paye, « Le confinement a-t-il exacerbé les inégalités face au temps ? », http://books.openedition.org/ugaeditions/18627, ainsi que Simon Paye, « Le sentiment de manquer de temps à l’épreuve du confinement », Temporalités, http://journals.openedition.org/temporalites/9319. []
  10. Pour des analyses plus détaillées, voir : dans l’ouvrage Personne ne bouge …, le chapitre de Nicolas Mariot, « Avez-vous votre attestation ? Petits arrangements avec les règles de sortie », http://books.openedition.org/ugaeditions/18607 ; ainsi que Béatrice Milard et Nicolas Mariot (2021), « Obéissance vs transgression ? Une typologie des comportements vis-à-vis des règles du premier confinement », La vie en confinement : études et résultats, n° 7, https://vico.hypotheses.org/345. []
  11. Pour des analyses plus détaillées, voir dans l’ouvrage Personne ne bouge … les chapitres : Michel Grossetti, Claire Bidart, Adrien Defossez, Guillaume Favre, Julien Figeac, « Comment le confinement a-t-il mis à l’épreuve les relations interpersonnelles ? », http://books.openedition.org/ugaeditions/18692 ; Claire Bidart, « Que fait la crise aux relations interpersonnelles et aux ressorts des liens ? », http://books.openedition.org/ugaeditions/18707 ; Guillaume Favre, « Le confinement a-t-il renforcé l’entre-soi ? », http://books.openedition.org/ugaeditions/18722 ; Michel Grossetti (2021), “La sociabilité des jeunes éprouvée par le confinement”, La vie en confinement : études et résultats, n° 6, https://vico.hypotheses.org/273 ; Claire Bidart (2021), « Relations personnelles et solidarités : comment la crise déplace les perspectives », La vie en confinement : études & résultats, https://vico.hypotheses.org/223 ; Michel Grossetti et Adrien Defossez (2021), « Confiné·e seul·e : le risque de l’isolement social », La vie en confinement : études & résultats, n° 4, https://vico.hypotheses.org/181. []
  12. Pour des analyses plus détaillées, voir dans l’ouvrage Personne ne bouge … le chapitre de Julien Figeac, Michel Grossetti, Guillaume Favre et Léo Joubert, « Le confinement a-t-il favorisé des dynamiques de soutien social plus connectées et « expressives » ? », http://books.openedition.org/ugaeditions/18712. []
  13. Les pourcentages sont calculés sur les personnes qui ont répondu en vague 3 et qui étaient en emploi en vague 1 et en vague 3. []
  14. https://www.insee.fr/fr/statistiques/6209490.). Selon le même organisme, cette proportion était de 3% en 2017 ((https://www.insee.fr/fr/statistiques/4238573?sommaire=4238635 (voir également pour 2019, https://dares.travail-emploi.gouv.fr/sites/default/files/59a5f946a323ee54b63ba76a1c0bed63/Dares-Analyses_Les%20conditions%20de%20travail%20en%202019%2C%20avant%20la%20crise%20sanitaire2.pdf). []
  15. Les pourcentages sont calculés sur les personnes qui ont répondu en vague 3. []
  16. Simon Paye (2021), « Le sentiment de manquer de temps à l’épreuve du confinement », Temporalités, n° 34-35, http://journals.openedition.org/temporalites/9319. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search