Les effets sociaux de la crise sanitaire de la Covid-19 : une synthèse des principaux résultats de l’enquête « La vie en confinement » (Vico, 2020-2023)

Équipe Vico1

Résumé. Initiée par un groupe de sociologues durant le premier confinement, l’enquête « La vie en confinement » (Vico) a pour objectif d’analyser les effets sociaux des politiques de freinage de la pandémie (confinements, couvre-feux, etc.), à partir de plusieurs enquêtes successives, par questionnaires et par entretiens, auprès d’un « panel » plusieurs milliers de Français·es. L’analyse de ces données a donné lieu à diverses publications, accessibles au public ou dans des revues ou ouvrages académiques. La présente note propose une synthèse des principaux résultats obtenus. Une note présentant ces résultats de façon beaucoup plus détaillée, en une vingtaine de pages, est également disponible en ligne ici : https://vico.hypotheses.org/646.

La crise sanitaire de la Covid-19 a pris une forme inédite avec des politiques de freinage de l’épidémie qui, partout dans le monde, ont impliqué des changements massifs dans les activités sociales. L’enquête « La vie en confinement », lancée durant le premier confinement français, avait à l’origine pour objectif de documenter cette situation inédite et d’évaluer les effets de ce confinement sur les situations résidentielles, de travail, de loisir, sur les relations interpersonnelles et le rapport des personnes aux autorités publiques. L’évolution de la crise nous à conduits à prolonger la recherche et à l’ajuster à la situation. Nous avons ainsi décidé la réalisation d’une deuxième vague au moment du deuxième confinement, puis d’une troisième dans une période dans laquelle une part importante des contraintes avaient été levées, à l’exception de celles relatives à la vaccination. Nous avons maintenu l’orientation de la recherche, centrée sur les effets sociaux des politiques de freinage et non sur l’épidémie elle-même. Nous avions confiance dans les multiples enquêtes épidémiologiques pour documenter l’aspect strictement sanitaire, mais nous pensions que les aspects sociaux méritaient un traitement spécifique. Les résultats obtenus nous semblent confirmer la pertinence de cette orientation.

Le premier confinement a constitué un choc qui a bouleversé une très grande part des activités sociales. Le recentrage sur le logement a conduit de nombreux jeunes, notamment parmi les étudiants, à rejoindre le domicile de leurs parents, lesquels ont aussi dû s’adapter à ce retour de jeunes adultes ayant leurs propres besoins. Certains foyers ont vu partir certains de leurs membres pour des raisons très diverses. En cumulant les cas de figure, c’est environ un cinquième des personnes qui a été confronté à une reconfiguration temporaire du foyer.

La vie confinée à impliqué de multiples ajustements dans l’organisation familiale, le partage des tâches domestiques ou d’éducation. Les femmes ont absorbé la plus grande part de l’accroissement des tâches, tout en étant très investies dans le maintien des relations sociales. Les personnes ont cherché à maintenir les relations sociales qui comptaient le plus pour elles, devant parfois faire le tri entre les autres relations, ou subissant les effets du recentrage de la sociabilité de certaines de leurs connaissances. Les relations des jeunes ont été les plus affectées par l’arrêt de nombreuses activités qui constituent habituellement les contextes dans lesquels les relations se créent, se maintiennent, ou se rompent. Les personnes résidant seules ont aussi été très perturbées dans leurs activités relationnelles, effectuées habituellement en extérieur. Pour les plus âgées de ces personnes, l’isolement a parfois suscité un sentiment douloureux de solitude.

Comme d’autres enquêtes de sciences sociales conduites depuis le début de la crise, VICO fait apparaître un accroissement de certaines inégalités (notamment entre personnes de professions différentes et entre hommes et femmes). Ainsi, malgré les politiques de préservation de l’emploi et des revenus, certaines personnes ont rencontré des difficultés professionnelles importantes, notamment les « petits indépendants » qui vivaient de services peu formalisés ou les précaires de certains métiers.

Sur le plan politique, si les mesures décidées par le gouvernement ont suscité de nombreuses critiques, notamment de la part des personnes dont les positions politiques étaient déjà hostiles à celles de ce gouvernement, elles ont été globalement respectées. Les personnes qui ont pris des libertés avec elles l’ont fait selon des logiques diverses (contexte urbain ou rural, rapport général aux règles, positionnement politique, etc.).

Malgré le fait que certaines personnes aient décrit le confinement comme une sorte de pause bienvenue, surtout au début, ce confinement très strict a le plus souvent constitué une épreuve, suscitant des sentiments de fatigue et d’inquiétude.

La période qui a suivi le premier confinement a été marquée par divers épisodes de retour à certaines contraintes, moins strictes que pour le premier confinement, mais qui ont continué à perturber de nombreuses activités. Ainsi les étudiants, s’ils ont en général pu reprendre les cours à l’automne 2020, ont dû souvent avoir cours en visioconférence et ont dû faire face à la réduction des activités sociales qui rythment la vie étudiante en temps ordinaire. La réouverture des crèches et des écoles a allégé les contraintes qui avaient pesé majoritairement sur les femmes durant le premier confinement, même si chaque épisode de confinement a accru les charges domestiques. Les activités économiques ont repris mais avec encore de fortes contraintes sur certaines (activités culturelles, hôtellerie et restauration, etc.), maintenant beaucoup de personnes dans l’incertitude ou des situations précaires. Les relations interpersonnelles qui avaient été affectées durant le premier confinement le sont en majorité restées ensuite, ce qui pérennise certaines modifications des réseaux personnels (les relations entretenues par une même personne). Une proportion non négligeable des personnes a ajusté les projets résidentiels, professionnels ou familiaux à cause de la crise : accélération ou report à plus tard de certains projets, nouvelles perspectives.

Deux années après le début de la pandémie, au moment de la troisième vague de notre enquête, les données montrent une forme de retour à l’ordinaire, avec la levée de la plupart des contraintes. La pression temporelle redevient pratiquement ce qu’elle était avant la crise, les processus relationnels (création, maintien, dissolution des relations) ont retrouvé leurs dynamiques ordinaires, les jeunes se remettant à créer de nombreuses relations dans des contextes de sociabilité retrouvés. Mais les relations affectées par la crise le sont restées presque deux années après et la crise a laissé bien d’autres traces dans les situations professionnelles et familiales.

***

Il restera à documenter la situation dans la phase suivante, alors que la généralisation de la vaccination et l’évolution du virus ont en quelque sorte banalisé cette pathologie et qu’une autre crise, d’une autre nature, s’est déclenchée avec la guerre en Ukraine. Nous allons donc poursuivre cette recherche.

Méthodologie. Les données de ce dossier proviennent des trois premières vagues de l’enquête « La vie en confinement » (Vico). Celui-ci a reçu le soutien de l’ANR dans le cadre de l’appel Flash RA-COVID-19 (programme ANR-20-COV8-007, 2020-2022), de l’Institut sociétés en mutation Méditerranée (SOMUM) d’Aix-Marseille Université, de l’Université Grenoble Alpes, de la MSH-Alpes et du Labex « Structurations des Mondes Sociaux »  (ANR-11-LABX-0066).
Pour obtenir plus de détails sur le projet : https://vico.hypotheses.org.

La première vague de l’enquête Vico a été réalisée par questionnaire entre le 15 avril et le 10 mai 2020. Elle visait à recueillir des informations sur la situation des Français.es vis-à-vis du logement et du travail avant et pendant le confinement, ainsi que sur leurs activités et les évolutions de leurs relations personnelles pendant le confinement. Le questionnaire de l’enquête a été administré en ligne à un échantillon final de 16 224 personnes âgées de 18 ans et plus résidant en France pendant le confinement.
Parmi ces personnes, 5 448 avaient laissé leurs coordonnées et donné leur accord pour être interrogées à nouveau. Un deuxième questionnaire a été adressé à ces personnes en décembre 2020, permettant de collecter 3 620 réponses. En 2021 des enquêtes par entretiens ont été effectuées auprès de 200 personnes. Enfin, un troisième questionnaire a été adressé aux personnes qui avaient laissé leurs coordonnées en décembre 2021, ce qui a permis de collecter 2974 réponses. Les questions portaient principalement sur le logement, la configuration familiale, la situation de travail, les relations sociales, les sentiments éprouvés, les réactions face aux contraintes (confinement, attestation, passe sanitaire, etc.) et les activités de loisir.

Des informations détaillées sur le programme de recherches Vico sont disponibles ici : https://vico.hypotheses.org.

Pour citer les données :
Équipe Vico [auteurs] : Enquête « La vie en confinement – Vagues 1, 2 et 3 » (avril 2020-janvier 2022).

Pour citer cette publication :
Équipe Vico (2023), « Les effets sociaux de la crise sanitaire de la Covid-19. Une synthèse des principaux résultats de l’enquête “La vie en confinement” (Vico, 2020-2023) », La vie en confinement : études & résultats, n° 10, mis en ligne le 23 mars 2023, https://vico.hypotheses.org/639.



Citer ce billet
Pierre Mercklé (2023, 23 mars). Les effets sociaux de la crise sanitaire de la Covid-19 : une synthèse des principaux résultats de l’enquête « La vie en confinement » (Vico, 2020-2023). La vie en confinement. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v74u

  1. L’équipe initiale de l’enquête Vico est constituée de : Marie-Pierre Bès, LISST, Université Toulouse Jean Jaurès ; Claire Bidart, CNRS – LEST, Aix Marseille Université ; Adrien Defossez, LISST, Université Toulouse Jean Jaurès ; Guillaume Favre, LISST, Université Toulouse Jean Jaurès ; Julien Figeac, CNRS – LISST, Université Toulouse Jean Jaurès ; Michel Grossetti, CNRS – LISST, EHESS, Université Toulouse Jean Jaurès ; Lydie Launay, LISST, Université Toulouse Jean Jaurès ; Nicolas Mariot, CNRS – CESSP, Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), Université Paris 1 ; Pierre Mercklé, PACTE, Université Grenoble Alpes ; Béatrice Milard, LISST, Université Toulouse Jean Jaurès ; Anton Perdoncin, Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) ; Benoît Tudoux, CNRS – Institut des sciences sociales du politique (ISP). Marie-Pierre Bès avait été l’une des premières à réfléchir à une enquête sur le premier confinement. Elle a participé à la conception des deux premiers questionnaires, mais, atteinte d’une grave maladie décelée au mois d’octobre 2020, elle n’a pu malheureusement que suggérer des lignes d’analyse avant de décéder le 25 février 2021. Cette note lui est dédiée. Après la réalisation du premier questionnaire, de nombreux autres collègues nous ont aidé à poursuivre l’enquête et à en analyser les résultats, parmi lesquels Stéphanie Abrial, Sandrine Astor, Margaux Aupoil, Anne-Sophie Béliard, Anne Bonneville, Lorraine Bozouls, Vincent Cardon, Cécile Charlap, Mathilde Chavatte, Anaïs Collet, Jean-Luc Demonsant, Colin Giraud, Borbala Goncz, Frédéric Gonthier, Tristan Guerra, Léo Joubert, Olivier Lê Van Truoc, Antoine Machut,  Simon Paye, Tristan Poullaouec, Mélodie Renvoisé, Liza Rives, Hélène Steinmetz, Ingrid Tucci et Olivier Zerbib. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search