Numéro spécial “Temps confinés” – revue Temporalités

Le confinement comme expérience bousculant “les temporalités sociales” ? Tel est l’axe de réflexion central du numéro 34-35 de la revue Temporalité (2021-2022), publiée sous la direction de Marc Bessin et Michel Grossetti. S’intégrant pleinement dans cette observation du confinement, les données de l’enquête VICO y sont mobilisées.

Ce numéro spécial intitulé “Temps confinés. Parcours de vie, relations sociales et temporalités quotidiennes face à la crise sanitaire et sociale” interroge la mise à l’épreuve des expériences temporelles lors du premier et second confinement (respectivement au printemps, puis à l’autonome 2020). De la représentation du temps, en passant par l’articulation des temps sociaux, jusqu’aux effets sociaux de cette période sur les parcours de vie, la famille, le genre, … différentes dimensions de la rupture entraînée par le confinement sont abordées par ce numéro. L’enquête VICO (la vie en confinement) est présente dans cette revue à travers trois contributions.

Tout d’abord, Simon Paye, dans l’article “Le sentiment de manquer de temps à l’épreuve du confinement” propose une approche sociologique du rapport au temps. Qui dit manquer de temps ? Est-ce un sentiment socialement situé ? Comment ce sentiment s’est-il traduit lors du premier confinement ? Ainsi qu’au second confinement ? Quelle différence ou similitude peut-on entrevoir en comparaison de périodes “normales”, hors confinement ?

Ensuite, Michel Grossetti et de Lydie Launay dans l’article “Turbulences résidentielles et parcours de vie” cherchent à “saisir les perturbations biographiques à partir des configurations du foyer” en temps confinés. Comment, au travers des configurations résidentielles, pouvons-nous observer les perturbations du confinement sur les parcours de vie ? Comment l’installation de la crise dans un temps relativement long entraîne une reconsidération des projets en matière de logement ? Quelles catégories de la population parviennent ou non à s’adapter dans cette nouvelle temporalité riche en incertitudes ?

Enfin, Céline Charlap interroge l’articulation des temps sociaux à travers le genre dans “Le « temps des femmes » pendant le confinement (mars-mai 2020)”. Comment s’articulent les sphères d’activités au quotidien pour les femmes ? Comment évoluent les relations familiales et sociales lors du confinement en fonction du genre ? Comment l’expérience genrée du confinement interroge la reconstitution des capacités de care ?

Ces questions, et tant d’autres, trouvent leurs réponses dans ce numéro spécial de Temporalité. A retrouver en intégralité et en libre accès sur Open Edition : https://doi.org/10.4000/temporalites.8903



Citer ce billet
Guillaume Erceau (2022, 19 mai). Numéro spécial “Temps confinés” – revue Temporalités. La vie en confinement. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v74r

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search