D’un confinement à l’autre, quels changements pour les Français ?

L’équipe du Podcast In-pacte a prêté son antenne à Stéphanie Abrial, docteure en Sciences Politiques et ingénieure de recherche dans l’équipe Gouvernance du laboratoire Pacte. Elle est intervenue pour parler d’un des dispositifs d’enquête de l’enquête VICO. L’article est à retrouver sur le site du laboratoire Pacte, et les autres épisodes du podcast sont disponibles ici.

***

D’un confinement à l’autre, quels changements pour les Français ?

Encore inédit il y a deux ans, le confinement général du pays a pourtant été déclaré à trois reprises depuis le début de la crise sanitaire. Une mesure drastique dont l’impact sur la population a évolué à chacune de ses itérations. Pour mettre en lumière le ressenti des français d’un confinement à l’autre, ce nouvel épisode d’In-PACTE donne la parole à Stéphanie Abrial, docteure en sciences politiques et ingénieure de recherche dans l’équipe Gouvernance du laboratoire Pacte.

Un contexte inédit à l’heure de l’open data

L’étude de Stéphanie s’inscrit dans un dispositif de recherche collectif alliant sociologues et politistes de plusieurs laboratoires dans l’objectif d’étudier et de documenter le ressenti des Français au fil d’une année marquée par le confinement. Une enquête qualitative, menée à l’automne 2020 et axée sur le vécu des enquêtés au lendemain du premier confinement.

Déployée en ligne, cette enquête a recueilli 16 000 réponses parmi lesquelles Stéphanie a puisé pour constituer un panel de 80 personnes disponibles pour un entretien. Un échantillon de profils sélectionnés scrupuleusement pour obtenir un éventail le plus diversifié possible. De plus, les enjeux de l’ouverture de la donnée de recherche étant centraux dans cette étude, une étape supplémentaire a été déployée avant de travailler sur les résultats des entretiens. En effet, puisque la voix des enquêtés est considérée comme une donnée identifiante, il s’est avéré nécessaire de produire des retranscriptions anonymisées des entretiens pour pouvoir les exploiter dans cette étude. Une montée en généralité qui n’est pas un obstacle pour autant, au même titre qu’il n’est, par exemple, pas nécessaire de connaitre l’âge précis des enquêtés quand un tri par tranches d’âges s’avère suffisant.

L’analyse de cet échantillon passe par deux phases. D’abord, une première phase dite « inductive », qui permet de poursuivre dans la montée en généralité, en regroupant les données dans des catégories plus faciles à manipuler. « Je suis inquiet », « j’en ai marre », « je suis angoissé », autant de libellés qui permettent de travailler sur le vécu des enquêtés et de les mettre en lien pour dégager un tableau d’ensemble. Cette approche est ensuite complétée par une démarche « déductive » qui vise à associer les données avec les hypothèses posées lors de l’enquête. Le traitement logiciel des données permet enfin de faire des statistiques textuelles et de dégager les discours spécifiques des français sur le confinement.

Un ressenti du confinement très dispersé

Le premier constat qui se dégage de l’analyse de cet échantillon, c’est la grande diversité des ressentis au cours de la période étudiée. En effet, là où les précédentes enquêtes quantitatives avaient souligné un mal-être important lors du confinement, l’enquête qualitative de Stéphanie a permis de préciser ce vécu. Les difficultés rencontrées lors le confinement varient donc selon les situations socio-économiques, les inégalités de revenus ou encore les différences de fragilité psychologique face à la situation. Il en ressort ainsi que la situation n’est absolument pas tranchée ni même linéaire, mais que le vécu des enquêtés varie par phases au fil du temps.

Un constat qui se recoupe avec les chamboulements induits par le confinement sur les formes de travail et sur l’activité professionnelle. La question du télétravail en est bien évidement un facteur déterminant, puisque la charge mentale et la fusion entre les espaces domestiques et professionnels sont aussi des sources de complication au sein des foyers. Les premiers éléments de résultats mettent également en lumière le rapport des français aux institutions, à la norme et à la loi. Des indicateurs qui ouvrent la réflexion sur l’adaptation de chacun à cette situation de pandémie, entre choc moral, sidération et bouleversement profond et inédit de nos sociétés.

Retrouvez tous les épisodes de In-PACTE sur :

Acast : https://shows.acast.com/in-PACTE
Spotify : https://open.spotify.com/show/2PH1zBR9gHghtQrB8lxD55
Deezer : https://www.deezer.com/fr/show/2336642
Apple Podcast  : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/in-pacte-le-podcast-qui-donne-la-p…
YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCW4hfhliDqy_qytMKus6ktQ/
In-PACTE est une création du service communication de Pacte et d’Emilie Wadelle



Citer ce billet
aupoil (2021, 19 novembre). D’un confinement à l’autre, quels changements pour les Français ? La vie en confinement. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v74o

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search