« Pour certains, le confinement a été l’occasion de faire le tri dans leurs relations »

Le site internet usbeketrica.com, affilié au magazine trimestriel Usbek & Rica, s’est entretenu avec Michel Grossetti sur la question des amitiés et des relations sociales pendant le confinement du printemps 2020. Nous en reprenons le contenu ci-dessous. Il est aussi accessible gratuitement sur le site d’Usbek & Rica.

***

Par Pablo Maillé. Publié le 14/04/2021.

« C’est une source d’inquiétude terrible que de savoir que je peux mettre en danger les gens avec qui je vis à chaque fois que je sors ou que je vois des amis », nous confiait en décembre dernier Maria, une jeune étudiante italienne de 23 ans, quand nous tentions d’établir un premier bilan des relations sociales à l’heure du Covid. Mais comment objectiver, au-delà de ces témoignages, les conséquences directes de la pandémie sur nos amitiés et nos liens de sociabilité ?

Pour répondre à cette question, une douzaine de chercheuses et chercheurs en sciences sociales de l’EHESS et du CNRS participent depuis le printemps 2020 à une grande enquête sur « la vie en confinement  », baptisée Vico : l’exploration des conséquences de la pandémie sur nos vies socialesPersonne ne bouge, un livre tout juste paru aux éditions UGA et tiré du premier volet de cette étude, raconte « les conditions de travail, les réactions mais aussi les sentiments » de plus de 16 000 personnes ayant accepté de répondre à un long questionnaire, et pour près de 4 000 d’entre elles, « de raconter avec leurs mots les manières dont elles ont vécu et ressenti ce temps suspendu ». Nous avons discuté de ces résultats avec le sociologue Michel Grossetti, directeur de recherche au CNRS et contributeur de cet ouvrage, dont il a tiré deux articles sur un site dédié, « La sociabilité des jeunes éprouvée par le confinement » et « Confiné·e seul·e : le risque de l’isolement social ».

Usbek & Rica : Dans un article publié en janvier dernier à partir des résultats de la première vague de l’enquête Vico, vous notez que la proportion de personnes vivant seules est en augmentation constante en France depuis de très nombreuses années, ce qui a favorisé une forte dégradation des liens de sociabilité pendant la période du premier confinement. En quoi ces personnes ont-elles vécu différemment cette période si particulière ?

Michel Grossetti : Résider seul n’implique aucunement d’être isolé socialement. Les personnes qui résident seules ont souvent une sociabilité extérieure très active et des relations familiales, amicales, professionnelles, associatives qui constituent un entourage important pour elles. En réduisant les possibilités de réunion et les déplacements, le premier confinement a évidemment pesé sur cette sociabilité extérieure et a perturbé le maintien et le renouvellement des relations personnelles. Comme pour d’autres aspects de cette crise, il faut prendre en compte les périodes de la vie dans lesquelles les personnes se trouvaient.

Les personnes « jeunes » – disons la tranche d’âge 18–30 ans – ont souvent cherché à éviter de rester seules, ce qui explique le retour de beaucoup d’entre elles dans leurs familles. De nombreux étudiants ont l’habitude de revenir régulièrement chez leurs parents et il leur a été relativement aisé de le faire pour cet événement particulier. Cela n’a pas été sans effet sur leurs relations amicales, qui ont été plus difficiles à maintenir, et sur leurs relations familiales, qui ont été parfois renforcées à cette occasion, mais aussi dans certains cas rendues plus difficiles par la cohabitation retrouvée dans une période de la vie où l’on cherche plutôt à s’autonomiser. Pour les personnes de cette tranche d’âge qui sont restées seules, le temps du confinement a été un moment de renouvellement des liens, avec des relations perdues de vue ou mises en retrait mais aussi de nouveaux contacts. Certains ont découvert leurs voisins, ou appris à mieux les connaître. D’autres, particulièrement nombreux parmi les jeunes, ont rencontré de nouvelles personnes en ligne.

Il faut cependant signaler que la deuxième vague de notre enquête – décembre 2020 et janvier 2021 – montre que les relations créées en ligne se sont révélées plus fragiles et ont été moins souvent maintenues dans le temps que les relations créées dans d’autres contextes. Pour les personnes des autres tranches d’âge qui ont passé le confinement seules, la difficulté a été de maintenir les liens avec des personnes – famille, amis, connaissances – dont beaucoup étaient en couple et un peu repliées sur la famille et les amis les plus proches durant cette période. Et plus on avance en âge, plus on trouve dans les témoignages des expressions de solitude, et dans certains cas d’une souffrance liée à cette situation.

Enfin, il faut dire que les personnes confinées seules ont souvent bénéficié de l’attention de leurs proches, et parfois de voisins ou de personnes engagées dans les milieux associatifs, qui les ont appelées plus fréquemment qu’à l’ordinaire et ont procuré aux plus âgés des aides matérielles. Le soutien social a été important.

Chez les jeunes qui se sont confinés seuls, « le confinement semble avoir entraîné une sorte de rebrassage relationnel », écrivez-vous. C’est-à-dire ? Et ces jeunes se réjouissent-ils de ce « rebrassage » ou le vivent-ils, au contraire, comme une contrainte ?

Cela dépend de leurs conditions de vie et des relations que ces personnes entretenaient auparavant. Certaines disent que le confinement a été l’occasion de faire une sorte de tri dans les relations pour préserver celles qui leurs semblent les plus importantes et mettre de côté celles qui au fond ne les intéressent pas tant que ça – des relations qui sont liées à des contextes collectifs mis en retrait dans cette période, par exemple dans des groupes habitués à se réunir pour des soirées. En général, le bilan semble quand même plutôt négatif, avec des pertes de contact mais aussi certaines relations dégradées. Et l’installation de la crise dans la durée, avec ses couvre-feux, nouveaux confinements et autres contraintes, restreint les occasions de créer de nouvelles relations.

« Ne pas pouvoir embrasser les petits-enfants a été pénible pour beaucoup de grands-parents »

Michel Grossetti, sociologue et directeur de recherche au CNRS

Dans la deuxième vague de notre enquête, les étudiants se plaignent du fait que, si les cours ont repris, le plus souvent à distance, la vie universitaire et les rencontres qu’elle rend possibles ne sont plus là et que c’est difficile à vivre. De la même façon, des personnes très impliquées habituellement dans des activités militantes, qui sont aussi pour elles une source importante de relations sociales, déplorent la mise en retrait de ces activités et des relations qui leurs sont associées. 

Chez les personnes âgées qui sont confinées seules, à l’inverse, cette situation « est commentée sur le registre de la solitude  », observez-vous. A-t-on eu tendance à sous-évaluer, depuis le début de la crise, l’isolement des seniors, longtemps incités à « rester chez eux » pour se protéger ?

Pour les personnes les plus âgées aussi, le fait de résider seules n’implique pas qu’elles soient socialement isolées. Nombre d’entre elles sont très engagées dans des activités associatives et ont bien sûr aussi des échanges familiaux importants. Beaucoup d’associations ont dû arrêter ou restreindre leurs activités, ce qui a entraîné des difficultés à maintenir des liens. S’ils ont pu appeler certains amis, il y aussi toute une nébuleuse de personnes que l’on croise dans ces activités sans en être forcément proche et qui ne sont plus accessibles. Et pour les relations familiales, de nombreux témoignages insistent sur le fait que la communication à distance ne remplace pas les contacts directs. Ne pas pouvoir embrasser les petits-enfants a été pénible pour beaucoup de grands-parents.

De façon plus générale, le Covid semble avoir « dégradé  » beaucoup plus fortement les relations sociales chez les plus jeunes que chez les personnes âgées. Comment l’expliquer ? Quelles conséquences cette dégradation peut-elle avoir à long terme sur les jeunes générations ?

Certaines relations se dégradent parce que le contact est devenu plus difficile, les personnes concernées ne répondant pas, ou se révélant peu accessibles. D’autres à cause de divergences d’opinions ou de conflits. La dégradation de relations, leur mise en retrait ou leur disparition est un processus habituel, ordinaire. Les personnes jeunes ont en général une activité relationnelle particulièrement intense. Elles ont beaucoup de relations, les renouvellent rapidement, expérimentent de nouveaux contacts, en abandonnent d’autres. L’installation en couple et la naissance d’enfants ont souvent pour effet de ralentir cette activité relationnelle, de recentrer les relations sur les liens familiaux ou avec d’autres couples.

Cette activité d’exploration relationnelle est perturbée par la crise, ce qui fait que les relations dégradées ou disparues sont moins facilement que d’habitude remplacées par de nouvelles rencontres. Il n’est pas exclu que la crise laisse des traces dans les « réseaux personnels » – que l’on reconstitue dans les enquêtes lorsque l’on inventorie les relations les plus régulières des personnes. Cependant, la crise s’achèvera, d’une façon ou d’une autre. On peut penser que les activités de sociabilité retrouveront alors une intensité plus habituelle, et même que de nouveaux contextes de rencontre apparaîtront. 

Chez certains jeunes, « un tri » s’est même effectué entre les amis. Pour quelles raisons ? Est-ce parfois à cause de désaccords liés à la crise sanitaire (port du masque et autres précautions des uns contre « lâcher prise » des autres, etc.) ?

Le renouvellement des liens est un processus ordinaire. La crise l’a perturbé en accélérant la dégradation ou la disparition de certaines relations et en freinant la création de nouveaux contacts. Ce n’est pas majoritaire, mais certaines des personnes qui nous ont répondu expliquent en effet qu’elles ont eu des divergences d’opinion ou des conflits avec des personnes de leur entourage au sujet de la crise, sur les aspects sanitaires ou sur l’appréciation de la gestion de la crise par le gouvernement. Il est donc probable que, comme toutes les situations historiques dans lesquelles existent des tensions fortes, la crise a contribué à cristalliser certaines divergences.

« Heureusement qu’il y a Internet, sans cet outil, ce serait vraiment compliqué de ne pas avoir de liens avec ses amis, ou même certains membres de ma famille qui ne sont pas confinés avec moi », raconte dans votre enquête une étudiante de 20 ans confinée avec ses parents. Quel(s) type(s) de rapport entretiennent les personnes que vous avez interrogées vis-à-vis du numérique ? Le voient-elles comme un obstacle pour entretenir des liens amicaux ou, au contraire, comme un outil permettant de les maintenir à flot, voire de les approfondir ?

Ce que dit cette étudiante est assez représentatif du fait que le numérique a été très fortement utilisé durant la crise. Nous avons tous appris à utiliser de multiples instruments de télécommunication et, même chez les plus âgés, beaucoup en ont fait l’apprentissage. Et ces instruments ont en effet permis de maintenir les relations que nous considérons comme les plus importantes.

« Les rencontres en ligne qui ne sont pas confortées par des échanges hors ligne ont tendance à ne pas se maintenir dans la durée »

Michel Grossetti, sociologue et directeur de recherche au CNRS

Mais beaucoup de témoignages nuancent cela en insistant sur le fait que c’est un peu un pis-aller, que cela ne remplace pas le face à face et les embrassades. Dans la deuxième vague de notre enquête, le manque de contact physique revient souvent dans les commentaires. Et les rencontres en ligne qui ne sont pas confortées par des échanges hors ligne ont tendance à ne pas se maintenir dans la durée. Mais il y a quelques cas où des relations, amoureuses notamment, ont pu aussi être approfondies, au moins le temps du confinement, par le truchement des outils numériques.

Quelles conclusions tirez-vous de vos premiers résultats du point de vue des politiques publiques ? Comment les dirigeants, et la société dans son ensemble, pourraient-ils répondre aux situations d’isolement et de dégradation des liens de sociabilité que vous décrivez ?

Dans notre deuxième questionnaire, nous avions demandé aux personnes ce qu’elles appréciaient le moins dans la gestion de la crise. La mesure qui apparaît de très loin la plus critiquable est la fermeture des librairies et des équipements culturels et sportifs, que presque deux tiers des personnes interrogées jugent injustifiée. Il me semble que les politiques qui ont été élaborées au fil des mois de crise résultent d’un arbitrage entre les nécessités du système de santé (éviter la saturation des hôpitaux, limiter autant que possible les décès et les séquelles graves de la maladie) et celles de l’économie, à savoir maintenir l’activité des entreprises et les emplois.

Cela se comprend, mais ce choix peut amener à oublier et à laisser de côté toutes les activités sociales qui sont très importantes pour les personnes et pour le lien social en général, et qui ne sont pas catégorisées comme relevant de l’économie – en particulier les activités associatives et culturelles. Ces activités devraient être intégrées à la réflexion dans ce type de situation.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search