Les amitiés à l’épreuve du Covid : « On a besoin d’autrui pour faire l’intermédiaire entre soi et le monde »

Henry Rouillier, pour Rue89, s’est entretenu avec Claire Bidart à propos de l’évolution des relations amicales pendant le confinement. L’article est disponible ici pour les abonné-e-s. Nous nous permettons de le reproduire ci-dessous pour les autres.

Nous avons moins d’amis qu’il y a un an. Ce n’est pas une formule, c’est l‘une des nombreuses conclusions du premier volet de l‘enquête sociologique dite « Vico » (pour La Vie en Confinement). Conduite par une équipe de sociologues soutenue par l‘Agence nationale de la Recherche (ANR) et le Centre national de la Recherche scientifique (CNRS), ce travail – dont les premiers résultats sont détaillés dans un livre (« Personne ne bouge », UGA Editions) -explore les conséquences du premier confinement sur nos vies sociales. Il s’appuie sur les réponses de 16 000 personnes à un questionnaire en ligne. Dans le carnet de recherche, actualisé en temps réel sur internet, on lit notamment qu’à la faveur du premier confinement, les Français ont effectué un tri dans leurs amitiés, motivés par « une réflexion existentielle sur les « vraies » valeurs, les « vrais amis », sur ce qui vaut encore lorsque les routines sont bousculées »

On y apprend aussi que les jeunes et les femmes sont les personnes qui ont le plus souffert de cette restriction de circulation. Les jeunes, parce que leur vie et la construction de leur identité dépendent du contact avec autrui ; les femmes, parce que ce sont elles qui, davantage que les hommes, travaillent en temps normal à l‘entretien des liens sociaux du foyer. On y apprend encore – et c’est contre-intuitif – que les relations de longue date, a priori plus solides que les autres, ont elles aussi particulièrement souffert du premier confinement. Explications de Claire Bidart, sociologue au CNRS, de l‘université Aix-Marseille. 

Pourquoi les liens sociaux les plus anciens, à savoir les amitiés longues ou les relations familiales, sont-ils eux aussi fragilisés par la crise que l‘on traverse ?

Il faut distinguer deux choses : les effets de la crise et ceux du confinement. La crise, d’abord, est d’ordre existentielle. Tout d’un coup, s’abat sur le monde une menace inédite, difficile à comprendre, avec un niveau d’incertitude quant à l‘avenir qui est inédit lui aussi. Par ailleurs, l‘ennemi est difficilement identifiable. Ce n’est pas le pays voisin, ce n’est pas un groupe social, c’est autre chose. On se demande ce que l‘on fait au milieu de ça, quel peut être notre rôle social face à cette crise, mais on s’inquiète aussi de savoir ce que sera l‘avenir de l‘humanité.

Ensuite, le confinement a produit tout un ensemble de contraintes – plus de sorties en dehors de certaines heures, impossibilité de se voir quand on veut, impossibilité de se voir tout court – qui ont eu des effets concrets sur nos relations. Quand on se rencontre, c’est avec un masque et on ne peut pas se toucher. C’est pourquoi, quand bien même on se trouve en présence les uns des autres, les relations n’ont pas le même niveau d’expressivité qu’avant. On échange encore de l‘information, on se parle beaucoup, on se téléphone, on se « zoome », on se « skype », mais ce que l‘on n’a pas, ce sont les petits gestes discrets – un sourire en coin, une main posée sur une épaule, même un silence qui s’installe. C’est toute cette communication qui n’est pas de l‘information et qui pourtant fait passer l‘affectif, l‘attention à l‘autre ou encore la compassion. 

La crise fait aussi que des dissensions s’installent, des conflits autour de problèmes sociaux inédits comme le port du masque ou les prédictions épidémiologiques. Ces controverses introduisent un débat qui peut être d’autant plus violent pour les familles ou les amitiés que l‘on manque de repères sur la situation.

La raréfaction des contextes de rencontres est-elle synonyme, à plus ou moins long terme, d’un rétrécissement du réseau social de chaque individu ?

Les relations sociales naissent dans des contextes. On ne rencontre pas des gens dans la rue. Ils ne tombent pas du ciel. Il faut qu’il y ait une raison d’être quelque part ensemble, d’interagir, de se parler. Parfois, il suffit même de se regarder. Une complicité peut naître lorsqu’on assiste à un spectacle, un match de football ou une partie d’échecs. La relation naît d’une interaction qui fait qu’on identifie une personne… comme une personne. On s’aperçoit que quelqu’un n’est pas tout à fait comme les autres dans un sens qui nous plaît. Alors oui, on peut parler d’un rétrécissement dans deux sens. Quantitatif, d’abord : le réseau relationnel ne se renouvelle plus parce qu’on ne se rencontre plus. Ensuite, on ne nourrit plus sa diversité. C’est là que c’est embêtant. 

Pour bien le comprendre, il faut parler de ce qu’on appelle les liens de trafic. Il s’agit des personnes que l‘on rencontre régulièrement sans y prêter attention, qu’on ne citerait même pas en tant que connaissances. Ces gens-là nous donnent à voir d’autres vies que la nôtre. Ils apportent de l‘innovation dans nos réseaux. C’est auprès d’eux qu’à propos de la même information, on entendra des sons de cloche complètement différents de ceux de nos amis les plus proches. Le réseau s’appauvrit parce que l‘on n’a plus accès aux gens que l‘on croisait au bar, à la salle de sport ou lors de certaines activités de loisirs.

En quoi est-ce inquiétant ? 

D’abord parce qu’on va se confire dans des relations avec des gens qui ont les mêmes avis que nous. Une femme dans un commentaire au cours de l‘enquête nous dit : « Je ne rencontre plus que des gens que je connais déjà, je ne rencontre plus de gens nouveaux. » Ensuite parce que les deux seuls contextes dans lesquels on a pu développer un peu de liens nouveaux pendant le premier confinement – à savoir les réseaux sociaux en ligne et le voisinage – ne sont pas satisfaisants du point de vue de la diversité, et ce pour des raisons différentes.

En ce qui concerne le voisinage, la proximité résidentielle est pratique en temps de confinement mais nous ne sommes pas sûrs que ce soit une proximité relationnelle durable, même si elle a donné lieu à des interactions importantes. Par exemple, l‘épisode des applaudissements et des casseroles pour les soignants tous les jours à 20 heures a compté pour beaucoup de gens. Beaucoup de solidarités se sont tissées à ce moment-là. Néanmoins, même si on peut trouver dans son voisinage des gens qui ne sont pas du même bord politique que nous, la ségrégation urbaine fait qu’il n’y aura pas de vrais pauvres chez les riches, ni de vrais riches chez les pauvres. Même s’il faut reconnaître qu’il y aura probablement un peu plus de diversité de métiers et d’orientations culturelles que sur internet, vos voisins vous ressemblent malgré tout.

On est tenté de faire un parallèle entre les mesures de confinement et la bulle sociale dans laquelle on gravite sur Facebook, par exemple, dont l‘algorithme ne vous met en relation qu’avec des gens qui vous ressemblent.

Moins les relations sociales sont orientées par les contextes (des lieux, des horaires, des activités), plus on se dirige vers des gens que l‘on préfère. Les réseaux sociaux en ligne sont dépourvus de la contrainte induite par les contextes de vie organisée. Ce ne sont ni des milieux de travail, ni des associations. Ils échappent aussi à la contrainte géographique, donc on peut pleinement choisir vers qui on va. Mais on va choisir en étant tout de même fortement orienté par des intérêts culturels qu’on partage avec notre réseau préexistant. On n’entre pas dans n’importe quel groupe, on n’échange pas avec n’importe qui, on ne commente pas sur n’importe quelles pages.

Les liens de trafic ont l‘air d’être les seuls antidotes à l‘entre-soi que vous décrivez. Maintenant qu’on y a moins accès, est-ce que l‘on va vers une cristallisation de cet entre-soi ?

‘est un petit peu ce qui nous inquiète. Que l‘on se dirige finalement vers des bulles relationnelles un peu plus étanches qu’avant parce qu’un peu moins brassées par la circulation. Parce que c’est ça, le confinement. C’est l’empêchement de circuler. Si on ne circule plus, il n’y a plus de liens de trafic. Par conséquent, on a quand même des échanges, mais seulement avec des gens qu’on cible, qu’on connaît déjà, qu’on a déjà choisis et donc qui nous ressemblent beaucoup plus, puisqu’ils sont moins contraints, moins distraits par les aléas de la circulation.

Peut-être que l‘on va inventer, développer ou trouver des moyens de contrer cet entre-soi. Peut-être va-t-on fabriquer de nouvelles scènes, dans le sens très large – de nouvelles arènes -, sur lesquelles il y aura assez d’événements et d’émotions partagées pour que les gens soient happés par un même centre d’intérêt, se reconnaissent, s’identifient et que cela fasse naître une empathie, un « nous ». Ce que j’appelle un ressort du lien. Ce qui fait que les gens se rapprochent, vibrent ensemble. A ce moment-là, d’autres liens faibles pourront se créer et devenir forts, peut-être même amener un peu de brassage. Mais ces scènes, ces arènes sont à inventer aujourd’hui. Les réseaux sociaux en ligne sont déjà trop filtrants. Il faudrait trouver des choses plus transversales.

Le tableau semble assez noir, mais sur le plan des valeurs, votre enquête souligne aussi « l‘épanouissement des liens de solidarité ». C’est surprenant, non ?

Oui, cela m’a beaucoup frappée. Devant une menace aussi complexe, au lieu de taper sur le voisin, les gens ont plutôt tendance à comparer leur situation à celle d’autrui. Ils se disent spontanément qu’il y a plus malheureux qu’eux et que, quelle que soit leur situation, ils sont relativement privilégiés. Beaucoup disent aussi : « Dès que je peux, je m’inscris dans une association, je donne de l‘argent ou je fais des permanences téléphoniques pour aider. » Cette crise existentielle débouche sur beaucoup d’actes de solidarité de la part de personnes qui, selon leur propre aveu, ne s’étaient jamais engagées auparavant.

C’est comme si, tout d’un coup, les Français avaient ouvert les volets. Là où l‘on était avant non pas dans des bulles mais dans des cercles sociaux assez homogènes, les gens se rendent désormais compte que d’autres pâtissent encore plus qu’eux de la situation. On constate une empathie beaucoup plus forte à l‘égard d’autrui, mais aussi et surtout à une échelle plus vaste, parce que la pandémie touche le monde entier.

Dans quelles mesures nos liens amicaux peuvent-ils résister à l‘absence d’une perspective de sortie de crise ?

Je ne peux pas faire de prévision, d’autant qu’on ne sait même pas quelle forme peut prendre une sortie de crise. Néanmoins, et c’est une opinion personnelle, j’ai tendance à m’en remettre à la capacité de l‘humain à inventer. En particulier de la jeunesse, qui est la première victime de cette crise qui nous touche. C’est pour les jeunes que les liens faibles sont les plus importants parce qu’ils construisent leur vie sur l‘observation et la comparaison avec des autrui différents. Là, ils sont anesthésiés par l‘horreur, mais je leur fais confiance pour inventer des formes relationnelles qu’on ne connaît pas encore, ou qu’on exploite mal. Il y a sous doute une résilience de l‘humanité sur laquelle on peut miser. Et d’un point de vue plus personnel, je ne vois pas pourquoi, à terme, on perdrait tous nos amis.

Je pense qu’on va peut-être se faire des petites niches, des petites bulles plus fermées, plus intimes, plus semblables en espérant qu’un conflit ne les fera pas exploser. Par ailleurs, on a besoin d’autrui pour faire l‘intermédiaire entre soi et le monde social. Le réseau personnel sert à ça. Est-ce que ce nombre va se réduire ? Est-ce que le réseau va s’homogénéiser ? Est-ce que la société va se diviser davantage ? C’est possible, mais pour l‘instant, je ne pense pas que l‘on puisse vivre sans un minimum d’interface avec le monde, sans un minimum de liens de confiance, de sécurité, d’assurance à l‘égard de l‘idée que l‘on est quelqu’un de bien. Puisque c’est à ça que servent les amis.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search