Personne ne bouge

Nicolas Mariot, Pierre Mercklé, Anton Perdoncin (dir.), Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Editions, coll. « Carrefours des idées », 2021, 220 p., ISBN : 978-2-37747-243-7.

Durant quatre semaines, plus de 16 000 personnes ont accepté de répondre à un long questionnaire, et pour près de 4 000 d’entre elles, de raconter avec leurs mots les manières dont elles ont vécu et ressenti ce temps suspendu. Le livre que nous en avons tiré est disponible en librairie et en ligne depuis le jeudi 11 mars 2021. Un an jour pour jour après le début du premier confinement du printemps 2020, il constitue un outil incontournable pour commencer à prendre enfin toute la mesure des conséquences sociales de la crise sanitaire qui nous frappe.

Présentation

Au printemps 2020, les autorités ont imposé, en France comme dans d’autres pays, un confinement de la population pour lutter contre la pandémie de Covid-19. L’épisode a bouleversé nos habitudes, nos liens à autrui, nos rapports aux autorités aussi. Il a touché en même temps, le fait est assez rare pour être souligné, tous les milieux et territoires de notre société. Comment avons-nous expérimenté ces nouvelles règles de vie ? Comment avons-nous fait face aux épreuves qu’elles nous ont imposées ? Que peut-on dire des conséquences sociales de cet événement hors norme ?

Ce livre propose des réponses à partir d’une enquête réalisée au cœur même de l’événement. Durant quatre semaines, plus de 16 000 personnes ont accepté de répondre à un long questionnaire, et pour près de 4 000 d’entre elles, de raconter avec leurs mots les manières dont elles ont vécu et ressenti ce temps suspendu. Ce sont leurs cadres de vie et leurs conditions de travail, leurs réactions et leurs sentiments qui constituent la chair de ce livre.

L’enquête réalisée durant le premier confinement, dont cet ouvrage est le produit, n’est que la première étape d’un programme de recherche de plus grande ampleur. La première vague du printemps 2020 est depuis prolongée par deux autres, par entretiens et par questionnaires, à l’hiver 2020-2021 et au printemps 2021. Le projet est désormais financé par l’Agence nationale de la recherche.

Les résultats principaux de ces vagues d’enquête sont régulièrement publiés ici, dans la rubrique « Études & Résultats« . Et vous trouverez également dans ce carnet de recherche des informations complémentaires sur les données, le dictionnaire des variables de l’enquête, les méthodes de redressement statistique mises en œuvre, les conditions d’accès aux données, ou encore le questionnaire utilisé lors la première vague de l’enquête.

Auteur·e(s)

Nicolas Mariot est directeur de recherche au CNRS, membre du Centre européen de sociologie et de science politique (Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne et Ehess).

Pierre Mercklé est professeur de sociologie à l’Université Grenoble Alpes et chercheur à Pacte. Il a tenu entre 2011 et 2013 une chronique dans le cahier « Sciences » du journal Le Monde en alternance avec des scientifiques d’autres disciplines.

Anton Perdoncin est chercheur à l’École des hautes études en sciences sociales.

Contributeurs : Marie-Pierre Bès, Claire Bidart, Vincent Cardon, Cécile Charlap, Anaïs Collet, Adrien Defossez, Jean-Luc Demonsant, Guillaume Favre, Julien Figeac, Colin Giraud, Frédéric Gonthier, Michel Grossetti, Tristan Guerra, Léo Joubert, Lydie Launay, Antoine Machut, Simon Paye, Tristan Poullaouec, Mélodie Renvoisé, Hélène Steinmetz, Olivier Zerbib. Voir les notices des auteurs au format PDF.

Table des matières

Télécharger la table des matières au format PDF

Introduction, par Nicolas Mariot, Pierre Mercklé et Anton Perdoncin

Une enquête sociologique de grande ampleur – Comment enquêter sur le confinement… quand on est confiné ? – Qui a répondu au questionnaire sur « La vie en confinement » ? – Logement, travail et sociabilité : ce que le confinement nous a faitLire un extrait (trois première pages de l’introduction au format PDF).

Première partie : Logement, travail, tout a changé ?

Qui est resté, qui est parti ? (Pierre Mercklé)
Un exode des jeunes… – Des causes de départ très hétérogènes – Partir d’où, pour aller où ?

« Rester chez soi » : comment le confinement a-t-il été vécu selon les conditions de logement ? (Lydie Launay et Michel Grossetti)
Rester, accueillir, partir ? La tendance à aller vers un lieu de vie plus confortable – Avec qui les enquêté·es sont-ils-elles confiné·es ? Se rapprocher, fuir l’isolement – Des situations de confinement contrastées.

Le confinement a-t-il changé les relations de voisinage ? (Guillaume Favre et Lydie Launay)
Des relations de voisinage « habituelles » – Une sociabilité par défaut – Les relations de voisinage, pour le meilleur… – …et pour le pire.

Faut-il télétravailler pour être heureux ? (Anaïs Collet, Colin Giraud et Hélène Steinmetz)
Qu’a fait le confinement au travail ? – Le bonheur est-il dans le télétravail ?

La première vague a-t-elle épuisé les soignant.es ? (Anton Perdoncin, Tristant Poullaouec et Mélodie Renvoisé)
Un monde du soin hiérarchisé – Un travail sous tensions – Entre épuisement et reconnaissance

Les travailleurs sur site, tous visibles et reconnus ? (Vincent Cardon et Antoine Machut)
Une population féminine et populaire – Des conditions d’emploi et de travail inégalement dégradées – Des expériences émotionnelles ambivalentes

Comment la crise sanitaire devient-elle crise sociale ? (Vincent Cardon et Anton Perdoncin)
Des inégalités sociales face aux restrictions et aux pertes – Toutes et tous touchés… mais pas de la même façon – Les jeunes dans la tourmente

Deuxième partie : Vivre le confinement

Avez‐vous votre attestation ? Petits arrangements avec les règles de sortie (Nicolas Mariot)
Trois types de transgression – Conformistes ou rebelles ?

Fatigués, inquiets, détendus ou heureux… Qu’ont ressenti les Français pendant le confinement ? (Adrien Defossez, Michel Grossetti et Pierre Mercklé)
Des sentiments qui varient en fonction des régions – Inégalités de confinement, inégalités des sentiments – Le genre des sentiments

Le confinement a-t-il exacerbé les inégalités face au temps ? (Simon Paye)
Un moindre sentiment de manquer de temps pendant le confinement ? – Confinés ou non, les Français se polarisent de la même manière dans leur rapport au temps – Des inégalités sociales face au temps plus prononcées durant le confinement

La « continuité pédagogique » a-t-elle fonctionné ? (Tristan Poullaouec)
Un trimestre perdu ? – L’instruction en famille – Deux parents sur trois ont fait « l’école à la maison » – Enseignants : les trois temps de la skholè

Femmes et hommes égaux face aux contraintes du confinement ? (Cécile Charlap et Michel Grossetti)
Organisation, prise en charge et réalisation du travail de care pendant le confinement : la (très large) part des femmes – Un usage genré du temps pendant le confinement

Comment les étudiant·es ont-ils et elles vécu le confinement ? (Marie-Pierre Bès et Jean-Luc Demonsant)
Profil des étudiant·es dans le panel – Leurs activités pendant le confinement – Les conditions de logement – Le ressenti des étudiant·es.

Y a-t-il un biais partisan dans le respect des gestes barrières ? (Frédéric Gonthier)
Les facteurs du biais partisan en « temps ordinaire » – Les effets des préférences partisanes sur les comportements sanitaires – Les plus défiants sont les plus prudents

La participation lors du premier tour des élections municipales a-t-elle été perturbée par la crise sanitaire ? (Tristant Guerra)
Une abstention d’une ampleur inédite – Le virus de la participation – Éviter le péril démocratique

Troisième partie : Les relations sociales

Comment le confinement a-t-il mis à l’épreuve les relations interpersonnelles ? (Michel Grossetti, Claire Bidart, Adrien Defossez, Guillaume Favre et Julien Figeac)
La sociabilité des jeunes éprouvée par le confinement – Les femmes et le maintien du lien social – Les difficultés des personnes confinées seules – Entre soi.

Que fait la crise aux relations interpersonnelles et aux ressorts des liens ? (Claire Bidart)
La dimension affective domine le renforcement des liens – La dimension conflictuelle des liens dégradés.

Le confinement a-t-il favorisé des dynamiques de soutien social plus connectées et « expressives » ? (Julien Figeac, Michel Grossetti, Guillaume Favre et Julien Figeac)
Face aux situations de crise, le besoin d’échanges plus « expressifs » – Vers des sociabilités favorisant un soutien social « expressif ».

Le foyer familial est-il un cocon protecteur ? (Olivier Zerbib)
Quand la santé va, tout va ? – Pour vivre heureux, vivons cachés de la covid-19 en famille… ou entre amis ?

Le confinement a-t-il renforcé l’entre-soi ? (Guillaume Favre)
Des relations plus homophiles qu’« en temps ordinaire » – Une baisse parallèle de l’homophilie masculine et des personnes en couple.

Épilogue

Remerciements


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search