Marie-Pierre Bès

Marie-Pierre Bès a été emportée la semaine dernière par une maladie foudroyante détectée en octobre 2020.

Elle avait été l’une des premières à réfléchir à un questionnaire sur le confinement et elle a fait partie du groupe de chercheurs qui a conçu et réalisé l’enquête Vico. Elle souhaitait comprendre les effets de la crise sur les activités sociales et en particulier sur celles des étudiants.

Economiste de formation (thèse en 1992), elle s’est progressivement convertie à la sociologie dont elle appréciait tant les éclairages théoriques que les méthodes. Elle a soutenu une habilitation à diriger des recherches à l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès en 2007 et venait d’être élue en 2020 professeure de sociologie dans cette université.

Chercheure de talent, elle était devenue une figure reconnue dans le domaine de l’analyse des réseaux sociaux, contribuant fortement à développer l’étude des chaînes relationnelles. Elle était également une enseignante passionnée, qui a consacré de nombreuses années à initier avec enthousiasme les élèves ingénieurs en aéronautique aux sciences sociales, et une militante associative et politique, engagée depuis longtemps en faveur des transports décarbonnés. Elle avait été récemment élue à la commune de Blagnac sur une liste écologiste.

C’était une personnalité brillante, attachante, chaleureuse, d’une honnêteté absolue et d’un très grand courage. Nous nous rappelons tous à quel point elle pouvait défendre ses convictions avec passion, nous taquinant ou nous provoquant parfois, mais toujours avec une grande attention aux autres. Nous nous rappelons tous ses éclats de rire qui faisaient trembler les cloisons de nos bureaux, sa joie de vivre, sa générosité. Elle nous manque énormément.

Nos pensées vont vers ses filles Louise et Mathilde, son fils Étienne, et les innombrables amis qu’elle comptait dans les mondes universitaire et associatif.



Citer ce billet
Pierre Mercklé (2021, 22 février). Marie-Pierre Bès. La vie en confinement. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v742

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search