Premier confinement en Pays-de-la-Loire : une perturbation économique davantage que sanitaire

Le carnet « Décrypter la société du Covid-19 » du Centre nantais de sociologie (CENS), a publié le 10 février 2021 une étude de Maëlys Bouyssou, étudiante en 2e année de master à l’Université de Nantes, réalisée à partir des données de l’enquête VICO. L’étude est disponible ici et nous la reprenons ci-dessous.
Bonne lecture !

Par Maëlys Bouyssou.

Comment le confinement du printemps 2020 a-t-il été vécu dans des départements peu affectés par l’épidémie de Covid-19 ? Cette stratégie de réduction des risques sanitaires s’est imposée de manière uniforme sur tout le territoire national alors que, contrairement à d’autres maladies infectieuses, son virus est d’abord caractérisé par une forte hétérogénéité spatiale. Dans quelle mesure les habitant·e·s de la Loire-Atlantique, du Maine-et-Loire, de la Mayenne, de la Sarthe et de la Vendée ont-ils été inquiet·e·s face à la crise sanitaire ou irrité·e·s par sa gestion publique entre mars et avril 2020 ? Maëlys Bouyssou, étudiante en 2e année de master à l’Université de Nantes, livre ici les résultats d’une étude menée dans le cadre d’un stage au Centre Nantais de Sociologie et montre tout l’intérêt d’une analyse localisée dans une région assez contrastée.

Le 17 mars 2020, la France entre en confinement… Cette première expérience de vie aux scènes et interactions sociales réduites laisse aux chercheur·ses en sciences humaines et sociales la possibilité d’étudier des comportements inédits. En effet, pendant près de cinquante-cinq jours, les Français·es doivent limiter leurs déplacements et rester, autant que se peut, à leur domicile tout en appliquant quotidiennement les gestes barrières. C’est dans cette situation particulière que l’enquête VICO (La vie en confinement) voit le jour. Menée par des sociologues soucieux.ses de comprendre les multiples conséquences de l’épidémie de Covid-19 sur la population résidant en France métropolitaine, l’enquête a pour objectif de documenter et de produire des savoirs sur cette crise sanitaire et ses implications. Cette étude rend possible la production de connaissances sociologiques sur l’injonction à rester chez soi, qui n’est pas sans répercussion. Ainsi, comme l’indique la présentation de l’enquête disponible sur le site internet qui lui est dédié1, le confinement est un événement qui touche tout le monde et donc constitue un observatoire particulièrement riche des inégalités au sein de notre société, car nous ne l’avons pas tous vécu dans les mêmes conditions, que ce soit au niveau du logement, du travail ou encore des occupations quotidiennes. Obligatoire, contraignant et imposé, le confinement vient questionner le rapport à l’État et la docilité des individus. Enfin, le confinement vient interroger les relations sociales et permet de mettre à jour de nouvelles inégalités apparues dans un contexte de déclin des solidarités ordinaires.

Ce sont près de 16 000 réponses qui ont été recueillies à travers la France, par le biais du questionnaire en ligne diffusé par les membres de l’équipe VICO, des enseignant·e·s d’université2 mais également par la presse, comme nous allons le voir. Une première lecture des données laisse apparaître que le confinement n’a effectivement pas été vécu de la même manière, en fonction de plusieurs variables telles que l’âge, le sexe ou encore le type d’habitation de confinement. La localité a également un rôle dans l’expérience de ce premier confinement : selon la zone géographique où l’on est confiné, les ressentis et effets seront différents. C’est dans cette perspective que s’inscrit le présent billet, qui s’intéresse à la vie en confinement dans les Pays-de-la-Loire en tirant parti de la taille de l’échantillon pour développer une analyse localisée. L’objectif est ici de présenter les enquêté·e·s de cette région du grand-ouest et de rendre compte de leur expérience. Notons tout de même que, s’il y a eu un nombre conséquent de répondant·e·s au questionnaire, sa diffusion en ligne n’est pas sans effet : il existe un « biais d’échantillonnage », autrement dit les caractéristiques des répondant·e·s diffèrent sensiblement de celles observées dans la population (notamment l’âge, le sexe, le niveau de formation et le milieu social). C’est pourquoi une pondération a été calculée pour redresser l’échantillon et le rendre représentatif de la population des personnes âgées de 18 ans à 74 ans résidant en France métropolitaine.

Il sera question avant toute chose de nous intéresser au territoire étudié, ainsi qu’à ses enquêté·e·s. Ensuite, nous regardons l’impact du confinement sur les situations de travail/étude des résident·e·s des Pays-de-la-Loire. Pour ce faire, nous nous sommes particulièrement penchés sur les questions relatives à l’anxiété et au stress ressentis pendant le confinement par nos enquêté·e·s, afin d’en déterminer les causes.

Une région relativement épargnée par la Covid-19

Avant de nous intéresser à quelques caractéristiques des répondant·e·s de la région des Pays-de-la-Loire, il est intéressant de noter le vecteur qui les a mis·es en lien avec le questionnaire. En effet, si la diffusion du questionnaire par mail et effet boule de neige a permis d’obtenir de nombreuses réponses, on note sur le territoire étudié une importance du relai par la presse, notamment par la presse régionale et locale3. Ainsi, près de 20 % des répondant·e·s de la Mayenne et du Maine-et-Loire ont eu connaissance du questionnaire grâce à la presse nationale, quand cela concerne seulement 9 % des enquêté·e·s en général. La presse régionale et locale a, quant à elle, joué un rôle majeur et significatif dans la diffusion du questionnaire en Loire-Atlantique (cela concerne 42,5 % des enquêtés de ce département), en Mayenne (cela concerne 50,5 % des enquêté·e·s de ce département) et en Vendée (cela concerne 42,5 % des enquêté·e·s de ce département). En comparaison, ce sont moins de 30 % des enquêté·e·s, toutes zones géographiques confondues, qui ont eu connaissance du questionnaire par le biais de la presse régionale. On observe donc que la presse, qu’elle soit locale, nationale ou régionale, a eu un rôle majeur dans la transmission du questionnaire dans les Pays-de-la-Loire car elle concerne plus de la moitié des enquêté·e·s de chacun des départements de cette région.

Graphique 1. Prise de connaissance du questionnaire en fonction du département de confinement.
Source: Enquête VICO

Regardons maintenant de plus près les différentes variables caractérisant les enquêté·e·s des Pays-de-la-Loire. On compte 921 répondant·e·s dans la région, dont 500 femmes (54%) et 421 hommes (46%). On trouve également des personnes de tous les âges, mais majoritairement des personnes âgées de 35 à 54 ans. Concernant la répartition des classes d’âge, on constate que les jeunes sont moins représenté·e·s dans la population d’enquête que dans la population française en général. Ceux qui ont le plus répondu sont des hommes et des femmes, de 35 à 55 ans. Les répondant·e·s sont principalement des répondantes (on constate en effet avant le redressement de l’échantillon une part de 75 % de répondantes), plus diplômé·e·s que la moyenne nationale4.

Tous les départements de France n’ont pas été impactés de la même manière par le coronavirus. Certaines parties du territoire métropolitain ont en effet été plus durement touchées que d’autres, comme par exemple l’Est de la France ou bien la capitale, tandis que certaines, comme la Bretagne ou la Corse, ont été relativement préservés5. Ces inégalités de contact avec le virus rendent plus ou moins concrète pour les habitant·e·s de ces région, la « menace » d’une contamination et des conséquences que celle-ci peut engendrer. Ainsi, il y a eu une hétérogénéité des comportements et ressentis au cours de ce premier confinement, à mettre en lien avec la situation géographique des enquêtés.

Tableau 1. Mesures des décès, hospitalisations, admissions en réanimation et de l’anxiété en fonction de la région.
Source : GEODES. Établissements de santé déclarant des cas confirmés de COVID-19 dans SI-VIC et Santé publique France – Enquête CoviPrev. https://geodes.santepubliquefrance.fr/#c=indicator&i=covid_hospit_incid.incid_dc&i2=covid_dpps_epidemie.anxiete&s=2020-04-22&s2=04.%2020-22%20avr&t=a01&t2=a01&view=map1
6789
Tableau 2. Mesure des sentiments négatifs en fonction de la région.
Source : Enquête VICO.

Les deux tableaux ci-dessus montrent que, selon la région, il y a des indices d’anxiété/stress différents. On peut émettre l’hypothèse que la présence plus ou moins prononcée du virus au sein de ces différents territoires impacte la santé mentale des individus. Ainsi, des personnes résidant dans les zones les plus touchées, comme le Grand-Est, sont plus susceptibles de développer du stress ou un état anxieux, par la proximité du virus et la plus grande probabilité d’être soi-même, ou un de ses proches, contaminé. De cette manière, on voit sur le tableau 1 que plus une région enregistre de décès ou hospitalisations dus au COVID-19, plus l’anxiété mesurée est grande, et inversement. Une hypothèse que confirment les données de l’enquête dont nous disposons (voir tableau 2). En effet, si 49 % des enquêté·e·s des Pays-de-la-Loire indiquent être stressés et 60 % inquiets (contre respectivement 62 % et 69 % dans le Grand-Est), lorsque l’on analyse plus finement ces états mentaux (en étudiant par exemple les commentaires écrits à la fin du questionnaire), on se rend compte que les sentiments d’inquiétude et de stress sont plutôt relatifs à des problèmes de revenus et d’emploi qu’à des préoccupations liées au virus en lui-même. Ainsi, sur les 118 pages de remarques disponibles pour la région qui nous intéresse ici, une dizaine de commentaires seulement expriment leurs tracas liés à la contamination ou au virus en lui-même.

Le coronavirus est donc, pour une minorité de ces enquêté·e·s, facteur d’anxiété. Ce qui les préoccupe principalement, c’est plutôt la situation inédite dans laquelle ils se trouvent, vectrice d’instabilité et d’incertitudes. L’avenir professionnel, scolaire, étudiant… se fait plus incertain, tout comme la situation économique se dégrade pour beaucoup comme nous allons le voir. Enfin, certain·e·s reprochent au gouvernement sa gestion « incohérente » de la crise sanitaire, perturbant la croyance et la confiance qu’ils et elles lui accordaient, se sentant « trahi·e·s », « désabusé·e·s » et ne sachant plus qui ou quoi croire, ils et elles se retrouvent confronté·e·s à une inquiétude grandissante.

Pour résumer, c’est plutôt le caractère inédit d’une telle situation qui conduit les enquêté·e·s des Pays-de-la-Loire à éprouver du stress, plutôt que la possibilité d’une contamination. Cette situation sans précédent a en effet conduit à la restriction des trajets (en termes de distance et de durée), à la fermeture forcée de nombreux établissements commerciaux considérés « non essentiels » ou encore à l’obligation de circuler avec une attestation de déplacement dérogatoire, entraînant des changements significatifs dans le quotidien des habitant·e·s. Si leur rapport avec l’extérieur et notamment avec les autres a été impacté par les mesures sanitaires prises ce lundi 16 mars 2020, il faut noter que le rapport au travail a également connu des évolutions qu’il convient de souligner.

Le confinement, vecteur d’incertitudes et de stress

Un nouveau rapport au travail

Le confinement, avec la fermeture de nombreux établissements comme les restaurants, les hôtels, les commerces « non essentiels », les établissements scolaires, ou encore avec l’encouragement (voire obligation) pour les entreprises de mettre en place du télétravail pour leur personnel, a mis un nombre important de personnes au chômage partiel ou dans des situations de travail inédites. Ces changements ne se sont pas fait sans conséquences, bien au contraire.

Ainsi, parmi les enquêté·e·s des Pays-de-la-Loire, 24 % déclarent travailler totalement depuis leur domicile, 7 % principalement chez eux et 14 % entièrement sur leur lieu de travail. Enfin, 19 % déclarent ne pas travailler du tout et 1 % indique travailler principalement en dehors du domicile mais en partie également dans le logement où ils et elles sont confiné·e·s.

Ces chiffres sont proches de ceux observés chez l’ensemble des enquêté·e·s, sur tout le territoire métropolitain. Mais si on regarde plus en détail les données disponibles pour les Pays-de-la-Loire, on se rend compte qu’il existe des nuances internes. Sur ce point, nous avons choisi d’analyser les données disponibles sur la Loire-Atlantique et sur la Vendée, deux départements qui nous sont familiers.

Si 29 % des habitants de la Loire-Atlantique travaillent exclusivement depuis chez eux, cela concerne seulement 16 % des Vendéens (voir graphique 2). Si dans les deux départements, seuls 7 % travaillent principalement en télétravail, ils sont 17 % en Vendée à travailler uniquement en dehors de leur domicile, contre 13 % des résidents de Loire-Atlantique. Enfin, on trouve 14 % des enquêtés de ce département à déclarer ne pas travailler contre 26 % en Vendée. Concernant ceux qui ont travaillé à la fois chez eux et hors de chez eux, on constate que 22 % des habitants de la Loire-Atlantique et 25 % des Vendéens sont confrontés à cette situation de travail mixte. Que nous apprennent ces variations ?

Graphique 2. Lieu de travail/étude des enquêté·e·s en fonction du département.
Source : Enquête VICO

Des inégalités d’accès au télétravail

On le voit dans les données citées précédemment, le télétravail a été plus développé en Loire-Atlantique qu’en Vendée. Cela nous amène à nous interroger sur plusieurs points. Tout d’abord, la nature même des emplois nous permet de comprendre la plus large diffusion du travail à domicile dans des territoires où les emplois de bureaux sont plus répandus que les emplois ouvriers. Ainsi, 18 % des enquêté·e·s de Vendée sont des ouvrier·e·s, contre seulement 7% en Loire-Atlantique. Dans un département comme la Vendée où l’agriculture représente 4,4 % de l’emploi total, et l’industrie en représente 21,2 %, contre respectivement 1,7 % et 12,2 % de l’emploi total en 2019 en Loire-Atlantique10, on comprend mieux qu’il y ait plus d’enquêté·e·s déclarant travailler exclusivement en dehors du domicile en Vendée qu’en Loire-Atlantique.

En effet, il s’agit de secteurs où le travail ne peut se faire au domicile du travailleur et donc où le télétravail est difficile, voire impossible, à mettre en place11. Il faut également prendre en compte les différences matérielles et techniques qui existent entre les deux territoires. La couverture réseau et internet (comme par exemple la possibilité de bénéficier de la 4G ou de la fibre internet) n’est pas égale sur tout le territoire. Plusieurs commentaires émis par des enquêté·e·s vendéen·e·s témoignent de l’agacement face à la difficulté à obtenir une connexion internet stable, voire suffisante, pour étudier et/ou travailler dans de bonnes conditions. Le fait que certain·e·s puissent travailler depuis leur domicile, tandis que d’autres sont obligé·e·s de se rendre sur leur lieu de travail ou d’études, laisse chez ces dernier·e·s un goût amer, se sentant « mis·e·s en danger », voire « sacrifié·e·s ».

Le télétravail, quand le domicile devient bureau et classe d’école

Défini comme « organisation décentralisée du travail »12, reposant sur des outils numériques comme le téléphone (fixe ou portable) ou l’ordinateur, le télétravail vient brouiller pour celles et ceux qui le pratiquent depuis peu les frontières entre la sphère domestique et la sphère professionnelle. Un brouillage qui peut s’avérer être à double tranchant comme certains commentaires de nos enquêté·e·s peuvent en témoigner. Ainsi on observe deux conceptions du télétravail : une première où la concentration des deux sphères en un même espace est synonyme de fatigue et de problèmes d’organisation et une seconde où cette même concentration permet le dégagement de temps libre13.

Concernant la première configuration, on retrouve principalement des personnes en télétravail ayant également à charge des enfants, auxquels il faut assurer une continuité pédagogique, comme en témoigne ce technicien de la Mayenne : « Difficile de conjuguer télétravail et école à la maison avec 2 parents en télétravail et 2 enfants en Ce2 et Cm2 !!! ». Un commentaire partagé par plusieurs enquêté·e·s, qui se retrouvent ainsi à porter plusieurs uniformes : celui de professeur·e pour la continuité pédagogique de leur·s enfant.s, celui du travail et celui du quotidien car il faut également s’occuper des tâches ménagères. Une étude plus fine, en prenant en compte par exemple le genre, montrerait certainement un impact différent des tâches ménagères au sein des couples, ainsi qu’une charge plus ou moins lourde pesant sur l’un des deux parents (qui s’occupe de l’éducation/instruction à la maison ? Des tâches ménagères?). L’ingérence du travail dans le domicile familial vient brouiller les frontières entre les deux sphères. Partagées dans un même espace, les individus ont plus de mal à faire la part entre ce qui relève du travail et ce qui n’en relève pas, donnant l’impression pour eux d’être dans une continuelle disponibilité auprès de leur employeur et ne sachant pas poser les frontières entre les deux.

Concernant la deuxième configuration, on retrouve plutôt des personnes plus diplômées que la première catégorie, avec ou sans enfant. Pour cette catégorie, le fait de travailler depuis leur domicile leur a fait gagner un temps jugé « précieux », n’ayant plus à prendre la voiture ou le tramway pour se rendre au bureau/entreprise/école… Les temps de trajet économisés sont réinvestis dans d’autres tâches, notamment dans les loisirs : « Le télétravail m’a permis de dégager du temps pour lire plus qu’à l’habitude. (…) j’ai vécu ce confinement comme une « retraite » » (homme, salarié dans la communication, 45-49 ans, Loire-Atlantique). D’autres se sont découverts des passions pour la cuisine, la pâtisserie, le bricolage, le dessin… Une multitude d’activités qu’au quotidien ces personnes n’avaient pas nécessairement le temps d’entreprendre. Ce temps mis à disposition donne également plus d’occasion de partager des moments avec les membres qui partagent le domicile, qu’il s’agisse d’enfants, petits-enfants, frères, sœurs ou de son.sa conjoint.e. On peut également supposer qu’à cette économie des temps de trajet, s’ajoutent pour certains des situations de mise au chômage partiel/mise en congé ou de diminution des heures de travail, laissant encore plus d’occasions pour eux de mettre à profit ce nouveau temps dégagé14.

D’une manière générale, la situation de télétravail a été plutôt bien vécue par nos enquêté·e·s (d’après les commentaires disponibles), car elle a permis de retrouver un peu de temps libre ou de renouer avec les membres du foyer, de découvrir de nouvelles occupations comme la lecture, la cuisine… Mais ce premier confinement a pour d’autres plutôt été un vecteur d’angoisses et de préoccupations quant à l’avenir. Mise au chômage partiel ou perte d’un emploi, situation économique devenue précaire, revenus diminués… de nombreux enquêté·e·s témoignent de leur peur quant à un avenir économique et professionnel incertain.

Inquiétude et dégradation des conditions de travail

Le confinement, accompagné de la fermeture de nombreux d’établissements a bouleversé le quotidien des Français·e·s. De nombreuses personnes se sont ainsi retrouvées dans l’impossibilité de travailler, que ce soit en présentiel ou en distanciel.

Tableau 3. Situations de travail rencontrées par les enquêté·e·s des Pays-de-la-Loire.
Source : Enquête VICO

Le tableau 3 nous permet de voir qu’outre la prescription du télétravail pour le plus grand nombre de personnes possible, les conditions de travail des enquêté·e·s ont connu bien des transformations. Ainsi, ils et elles sont 19 % à avoir connu une mise au chômage technique, 15,1 % à avoir connu une mise en congé et 11,4 % à avoir vu baisser leurs heures de travail. L’impossibilité de mettre tout le monde au travail depuis son domicile a en effet obligé certains employeurs à revoir les conditions de travail de leurs employé·e·s (il est par exemple inconcevable de mettre en télétravail une personne qui travaille comme serveur.se). Des modifications qui ne sont pas sans effet sur les travailleur·euses, comme le montre le témoignage de cette attachée d’administration dans le secteur culturel et associatif, de 45/49 ans : « Comme beaucoup de monde, je suis préoccupée à l’idée de perdre mon emploi ». Une préoccupation partagée par cette cheffe de projet dans une agence architecturale de Loire-Atlantique, « très inquiète sur l’avenir économique de [sa] famille et [ses] proches ».

L’expression de cette inquiétude vis-à-vis de l’avenir professionnel et économique de ces personnes rejoint ce que nous disions plus haut : le coronavirus inquiète moins que les perspectives d’avenir des enquêtés des Pays-de-la-Loire.

Parmi les évolutions du travail pendant de premier confinement, on note que 3,4 % des enquêté·e·s indiquent avoir eu une augmentation de leurs heures de travail15. Parmi eux, on retrouve ceux correspondant à la première conception du télétravail, pour qui le brouillage des sphères entre vie professionnelle et vie personnelle laissait le travail s’ingérer dans tous les instants de la vie courante, mais également d’autres situations, comme le montre le commentaire de cette étudiante, également employée dans une grande surface :

« Mon responsable m’impose de très nombreuses heures supplémentaires (…) qui empiètent très largement sur le temps consacré à mes études. (…) Mes responsables à mon travail salarié sont de plus en plus agressifs, mes conditions de travail se détériorent de jour en jour depuis le début du confinement ».

Si toutes celles et tous ceux qui connaissent une augmentation de la charge de travail ne disent pas nécessairement travailler dans une ambiance « agressive », ils et elles reconnaissent néanmoins que la situation se détériore et qu’il ne leur est pas agréable d’aller travailler.

La dégradation des conditions de travail ne vient pas nécessairement d’une augmentation de la charge de travail, ou bien du fait qu’il soit rendu compliqué à cause de l’application des gestes barrières16, mais de l’attitude adoptée par certain·e·s face à la mise en pratique de ces gestes et de la pression sociale qui peut exister.

La non application de certains gestes, comme le port du masque ou de gants, rend pour certain·e·s le travail inconfortable. Mais les appliquer, à l’encontre de ce que les autres salarié·e·s perçoivent comme acceptable, place le ou la salarié·e qui porte des gants et/ou masque dans une position encore plus inconfortable, comme l’explique cette électricienne en électronique de Mayenne :

« Les règles à appliquer pendant le confinement ne sont pas respectées à mon travail. Principalement par les salariés et chefs (la direction étant non présente) pour des questions sociales (c’est mal vu de porter un masque et des gants). De ce fait certains salariés (moi-même compris) ne souhaitent plus se rendre sur le lieu de travail ».

Il existe donc une sorte de pression symbolique exercée par les collègues de travail de cette enquêtée à ne pas respecter les dispositifs barrières, appuyée par l’absence de contrôle du respect de ces dispositifs par la hiérarchie. Ne souhaitant pas être « mal vue » par ses collègues, elle est incitée à reproduire leur comportement, au risque de mettre sa santé en danger17.

Le cas particulier des étudiantes et étudiants

Parmi les structures ayant dû fermer leurs portes pendant le confinement, on compte les établissements scolaires et ceux de l’enseignement supérieur. Ainsi, ce sont des milliers d’étudiants et d’étudiantes qui se sont retrouvés à avoir des cours en distanciel et à passer leurs partiels dans des conditions parfois difficiles. L’analyse des commentaires émis par ces étudiant·e·s montre une continuité pédagogique mal appliquée ainsi qu’un manque de communication de la part de leur établissement révélant un sentiment de délaissement non seulement de la part de leurs enseignant·e·s, mais également de la part des pouvoirs publics. Au delà des difficultés à étudier, s’ajoutent pour certains des difficultés financières. Si certain·e·s étudiant·e·s arrivent à vivre grâce à la bourse sur critères sociaux et/ou grâce à l’aide de leurs parents, certains sont obligés de travailler à côté de leurs études. Le plus souvent, il s’agit d’emplois dans la restauration ou de la garde d’enfants: des secteurs mis à rude épreuve par le confinement, ce qui peut engendrer une perte de revenus non négligeables pour ces étudiant·e·s.

Ils sont ainsi plusieurs à faire part dans leur commentaire de leur trouble vis-à-vis d’une situation plus qu’incertaine. Sans nouvelle de la part de certains de leurs professeur·e·s, comme c’est le cas pour cet étudiant de 20-24 ans de la Sarthe, qui reproche le fait qu’il n’y ait « aucun suivi pédagogique ni aucune information (…) ce qui favorise le stress et l’inquiétude ». Ou encore, comme cette étudiante en master d’histoire, qui raconte que la réalisation de son mémoire est rendue compliquée, car elle n’a « aucun accès aux ressources pour le réaliser », d’autant plus qu’elle fait face à des « difficultés de connexion internet », rendant « difficile de suivre les cours en ligne », sans parler de la solitude à laquelle elle fait face, comme de nombreux étudiant·e·s. Un isolement dénoncé par plusieurs d’entre eux, n’ayant pu rentrer chez leurs parents et ne disposant plus des lieux de sociabilité étudiants habituels (comme le restaurant universitaire, le campus, la bibliothèque universitaire, les cafés et bars, les salles de travail…), tout comme les risques de décrochage scolaire ou bien les inquiétudes sur leur santé mentale.

D’autres encore profitent de cette tribune libre à la fin du questionnaire pour exprimer leur mécontentement vis-à-vis de la situation de confinement, mais également pour dénoncer une situation plus ancienne, à savoir celle de la précarité étudiante. Considérées par certain·e·s des enquêté·e·s comme « injustes », ce sont les conditions d’attribution des bourses sur critères sociaux qui font le plus de bruit dans les commentaires, ainsi que l’absence de mesures prises pour les étudiant·e·s (qu’elles soient d’ordre financière, alimentaire ou d’assistance). L’enquête permet de montrer un peu plus des conditions de vie des étudiants, de la réalité qui est la leur et de mettre en lumière cette « précarité étudiante ». Une analyse plus complète des réponses des étudiants et étudiantes de l’enquête VICO pourrait être intéressante pour une personne qui souhaiterait travailler sur des questions de précarité étudiante, de stratégies mises en place par rapport à la situation en distanciel, pour par exemple lutter contre la solitude ou le décrochage scolaire…

Une expérience de premier confinement contrastée

Cette analyse nous aura permis de voir les transformations induites par le premier confinement sur un des aspects qui concentre une part importante de la vie quotidienne des individus : le travail (ou les études). La généralisation du télétravail permet de mettre en exergue les inégalités d’accès à ce type de travail, que ce soit pour des conditions matérielles (réseau internet, posséder un ordinateur…) ou techniques (impossibilité de conduire les lignes d’usine au domicile), donnant le sentiment pour celles et ceux qui tous les jours doivent se rendre sur leur lieu de travail, et donc de se confronter quotidiennement à un risque d’infection, d’être « sacrifié·e·s », malgré la bonne application des gestes barrières par la plupart des travailleur·euse·s hors de leur domicile.

La présente étude aura également montré que tous les territoires ne sont pas impactés pareillement par le confinement. Ainsi, en Vendée, nombreux·ses seront celles et ceux qui continueront tous les jours à aller travailler, l’emploi industriel, ouvrier, agricole y étant plus important qu’en Loire-Atlantique par exemple, où le télétravail a pu être grandement déployé. Elle montre également que les préoccupations de cette région de l’Ouest ne sont pas celles partagées par le Grand-Est.

La prise en compte des spécificités inhérentes à chacun des territoires étudiés (comme le caractère rural de la Vendée et du Maine-et-Loire, ou encore des secteurs d’emplois propres aux spécificités et caractéristiques territoriales) permet de constater que les particularités apparues avec la crise sanitaire ne sont pas indépendantes des territoires sur lesquelles elles apparaissent.

Il existe donc des différences internes au pays, mais également au sein de la région. Les résidents des zones plus agricoles et/ou rurales comme la Vendée, n’ont pas vécu le confinement de la même manière que les résidents de la Loire-Atlantique ou de la Sarthe. Des différences de vécu que l’on pourrait également retrouver au sein même d’un département : habitants de pavillon, d’appartement avec ou sans balcon, de maison isolée… Néanmoins, concernant la région des Pays-de-la-Loire, on constate que le confinement a été le vecteur d’incertitudes et d’instabilité, portant essentiellement sur le plan économique et professionnel des individus et moins sur la crainte sanitaire et épidémique, comme cela peut-être le cas dans des zones plus touchées comme le Grand-Est.

Restreints à des sociabilités faibles, combinées à la perte des lieux de socialisation habituels, les individus se retrouvent confrontés à des situations d’isolement ou bien d’enfermement sur soi et les siens qui ne sont pas sans conséquences. Ainsi, si certains trouvent dans ce temps libéré de toutes contraintes professionnelles l’opportunité de se trouver de nouvelles occupations, voire de « mesurer leur chance »18, d’autres sont confrontés à un sentiment de détresse et de solitude19.

L’enquête VICO a ici permis de montrer qu’il existait des différences territoriales de vécu du confinement. Les données de l’enquête permettent également d’étudier de nombreux autres aspects de la vie en confinement, comme le rapport des individus avec l’autorité publique et les forces de l’ordre, ou encore les impacts que celle-ci a pu engendrer sur leurs perspectives d’avenir. Remise en question des choix professionnels ou universitaires, interrogations sur les « futilités de la vie actuelle »… Le confinement aura induit chez de nombreux·ses enquêté·e·s une analyse de leur propre vie et de la société à laquelle ils et elles appartiennent.

  1. https://enqueteconfinement.wixsite.com/site []
  2. Le questionnaire a, entre autres, été diffusé du 14 avril 2020 au 10 mai 2020 auprès de certains enseignant·e·s chercheur·e·s de l’UFR de sociologie de Nantes, qui se sont chargé·e·s de le transmettre par mail à leurs étudiants·e·, leur demandant de le communiquer à leurs proches. Pour en savoir plus sur les différents acteur·ice·s et institutions derrière l’enquête VICO, voir https://vico.hypotheses.org/a-propos []
  3. « Confinement. Comment l’avez-vous vécu : une enquête en ligne », Ouest-France, le 07 mai 2020. https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/confinement/confinement-comment-l-avez-vous-vecu-une-enquete-en-ligne-6828051 []
  4. A propos du redressement de l’échantillonnage et des caractéristiques de l’ensemble de la population enquêtée, voir Équipe Vico (2020), « La vie en confinement : objectifs et premiers résultats », La vie en confinement : études et résultats, n° 2, mis en ligne le 12 mai 2020, disponible sur https://vico.hypotheses.org/17 []
  5. L’Institut Pasteur estime en effet qu’au 30 novembre 2020, 3,6% des Breton·ne·s ont été infectés par le coronavirus, contre 21,3 % des Francilien·ne·s et 15,2 % des résident·e·s du Grand-Est. La part de personnes infectées par le virus et domiciliées en Pays-de-la-Loire est estimée à 6,2 %, ce qui en fait la quatrième région de France la moins touchée. Sur ce point, voir l’étude Comcor relative aux lieux de contamination, https://www.pasteur.fr/fr []
  6. La date choisie correspond à la première disponible sur GEODES depuis l’instauration du premier confinement. Il s’agit d’une période où le nombre de contaminations et de décès est en hausse, juste avant d’atteindre la phase de « haut plateau » début avril et un pic d’hospitalisations le 14 avril 2020 (plus de 32 000 personnes sont alors hospitalisées), https://geodes.santepubliquefrance.fr/ []
  7. Mesurée selon l’échelle HAD (Hospitality Anxiety and Depression scale ; score > 10) , pour plus d’informations voir https://www.santepubliquefrance.fr/etudes-et-enquetes/covid-19-une-enquete-pour-suivre-l-evolution-des-comportements-et-de-la-sante-mentale-pendant-l-epidemie []
  8. Nous avons choisi d’intégrer ici l’Île-de-France dans notre comparatif car comme le Grand-Est, elle figure parmi les régions de France les plus touchées par l’épidémie COVID-19. []
  9. Nous avons choisi d’intégrer ici la Nouvelle-Aquitaine dans notre comparatif car elle partage une situation similaire avec les Pays-de-la-Loire en termes de nombre de cas/décès de la COVID-19, ainsi qu’une proximité géographique. []
  10. Source : DARES – Études et statistiques []
  11. Au cours de ce premier confinement, de nombreuses mesures successives ont été prises concernant les emplois autorisés, ou non, à reprendre le travail en présentiel. Il en est de même une fois le déconfinement déclaré, où de nombreuses mesures ont été prises par le gouvernement pour maintenir autant que se peut le télétravail. Pour plus d’informations sur les mesures prises, voir https://travail-emploi.gouv.fr/le-ministere-en-action/coronavirus-covid-19/article/communiques-de-presse. []
  12. Définition disponible sur Trésor de la Langue Française en ligne. []
  13. A noter que 77,8 % des enquêtés des Pays-de-la-Loire déclarent ne pas manquer de temps libre, contre 21,3 % qui déclarent manquer d’un peu ou beaucoup de temps libre. Cela illustre bien que la majorité des enquêtés ont eu du temps dégagé par la situation de confinement. Source : Enquête VICO. []
  14. Pour aller plus loin sur les questions du télétravail et du confinement, voir Jonchery Anne, Lombardo Philippe, « Pratiques culturelles en temps de confinement », Culture études, 2020/6 (n° 6), p. 1-44, disponible sur : https://www.cairn.info/revue-culture-etudes-2020-6-page-1.htm et Barthelemy Jacques, Cette Gilbert, « La notion actuelle de durée du travail peut-elle résister au coronavirus ? », Regards, 2020/1 (N° 57), p. 13-20. disponible sur : https://www.cairn.info/revue-regards-2020-1-page-13.htm []
  15. Pour aller plus loin sur les conditions d’emploi de la main d’œuvre pendant la crise sanitaire liée au Covid-19, voir la synthèse de résultats de l’enquête flash, avril 2020, menée par la DARES : https://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/dares_acemo_covid19_synthese_17-04-2020.pdf []
  16. Les personnes déclarant travailler uniquement en dehors de leur lieu de vie sont également celles qui respectent le plus les gestes barrière. Confrontées à rencontrer plus de monde, elles sont conscientes qu’elles ont plus de risques d’être contaminées. Ne souhaitant pas véhiculer le virus aux membres résidents avec elles, elles ont tendance à mettre plus souvent en application les gestes barrières. Ainsi, on note au sein de ces travailleurs que 48,2 % portent des gants, 66,6 % portent un masque, 79,9 % respectent le mètre de distanciation sociale et 95,0 % se lavent les mains plusieurs fois par jour. Ces données sont respectivement de 10,6 %, 23,8 %, 36,3 % et 46,5 % de la population enquêtée des Pays-de-la-Loire. Les chiffres disponibles montrent bien que l’application des dispositifs barrières est possible au travail. Source : Enquête VICO []
  17. Sur la notion d’intégration au travail, et sur les processus sociaux (notamment les pressions exercées par les pairs) qui peuvent exister au sein de la sphère professionnelle, voir Dufour Lucas, Lacaze Delphine, « L’intégration dans l’entreprise des jeunes à faible capital scolaire : un processus d’ajustement mutuel », Revue de gestion des ressources humaines, 2010/1 (N° 75), p. 16-29, disponible sur https://www.cairn.info/revue-de-gestion-des-ressources-humaines-2010-1-page-16.htm []
  18. Sur ce point voir l’analyse lexicométrique de Julien Figeac et Michel Grossetti, notamment la classe 6 relative aux loisirs et les classes 15 et 16 (« conditions privilégiées campagne » et « conditions privilégiées maison »), disponible sur https://quantigre.hypotheses.org/files/2020/06/VICO-JF-Analyse-lexicom%C3%A9trique-1.pdf []
  19. Dans cette même analyse, voir notamment sur la classe 14 relative à la précarité et l’insertion professionnelle, ainsi que la classe 18 portant sur les conditions précaires de confinement. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search