Confiné·e seul·e : le risque de l’isolement social

par Michel Grossetti et Adrien Defossez

Résumé. La proportion de personnes résidant habituellement seules dans leur logement est en augmentation constante en France depuis plusieurs décennies, à tel point qu’aujourdhui, c’est un·e Français·e sur cinq qui vit habituellement seul. Ces personnes vivant seul.es se sont-elles également confiné·es seul·es ? Et comment leurs relations interpersonnelles ont-elles été affectées pendant le confinement ? L’enquête Vico, réalisé pendant le confinement du printemps 2020, montre que si une partie des personnes vivant seules a pu se confiner avec d’autres personnes (il s’agit principalement d’étudiant·es), beaucoup d’autres sont restées seules et ont connu, plus que les autres, des formes de dégradation de leur sociabilité.

La proportion de personnes vivant seules est en augmentation constante en France depuis de très nombreuses années. On estime qu’elle est passée de 6% en 1962 à 14% en 2007 [1], pour finalement atteindre 20% aujourd’hui [2], ce qui explique l’attention croissante que lui portent les sociologues [3]. Les personnes qui se sont retrouvées seules pendant le confinement vivaient en général déjà seules auparavant, et possèdent donc fort logiquement des particularités sur le plan des relations sociales qui concernent d’abord des personnes vivant seules habituellement. Il est donc très rare (2,7% des cas) que les personnes confinées seules aient résidé auparavant avec un conjoint. En général, elles entretenaient des relations interpersonnelles avec des personnes résidant exclusivement en dehors de leur domicile, y compris dans 17,8% des cas, une relation amoureuse. Le confinement a donc constitué pour ces personnes une contrainte particulière en réduisant fortement les échanges en face-à-face. Leurs réponses à nos questions portent la trace de cette situation particulière.

Fuir l’isolement

Selon, l’Insee, environ 20% des adultes vivent seul·es en France aujourd’hui. Parmi les répondant·es de l’enquête Vico, c’est un peu plus (22 %) parce que cette population comporte plus de jeunes (et pour les plus âgé.es pas de personnes en institution). Mais la proportion de personnes confinées seules est plutôt de l’ordre de 16%, ce qui signifie qu’une partie des personnes résidant habituellement seules se sont confinées avec d’autres personnes (Figure 1). Beaucoup sont des étudiant.es ou des jeunes n’ayant pas de contraintes liées au travail (parce qu’elles ou ils peuvent télétravailler ou ont arrêté leurs activités durant le confinement) et qui sont venus se confiner chez leurs parents :

« J’ai changé de lieu de confinement 3 semaines après le début du confinement pour rejoindre mes parents, n’en pouvant plus de mon 15m2. J’avais beaucoup d’activités sociales, je n’en ai plus. Mon travail et le temps que je perds à ne pas travailler efficacement est une source d’angoisse et de stress supplémentaire. » (femme, 27 ans, doctorante)

Figure 1. Résidaient seul·es avant le confinement et se sont confinés avec d’autres personnes, selon l’âge

Source : Enquête Vico, avril-mai 2020.
Champ : Répondant·es de 18 ans et plus résidant habituellement en France (N = 16 224).
Lecture : 59,3% des 18-30 ans résidaient seul·es avant le confinement et se sont confinés avec d’autres personnes.

Il y a aussi des couples dont les membres ne résident pas habituellement ensemble et qui ont choisi de se réunir pour le confinement :

« Je ne vis habituellement pas avec mon conjoint mais nous sommes confinés ensemble pour cette période et c’est un vrai bénéfice pour notre couple. » (femme, 23 ans, en apprentissage)

Perte de contacts et renouvellement des liens

Tout d’abord, dans toutes les tranches d’âge, les personnes confinées seules mentionnent plus de relations perdues de vue durant le confinement. La différence est particulièrement nette pour les tranches d’âge intermédiaires. Dans ces périodes des parcours de vie, les personnes vivant seules sont très minoritaires par rapport à l’ensemble de leur tranche d’âge, où dominent les ménages de couples avec enfants. Il est probable que certains contacts des solitaires avec des ménages absorbés par les liens familiaux n’ont pas pu être maintenus comme à l’ordinaire.

Figure 2. Mention de relations perdues de vue selon l’âge et la configuration de confinement

Source : Enquête Vico, avril-mai 2020.
Champ : Répondant·es de 18 ans et plus résidant habituellement en France (N = 16 224).
Lecture : 46,1% des 18-30 ans qui se sont confiné·es avec d’autres personnes mentionnent des relations perdues de vue.

La mise à l’écart des formes habituelles de sociabilité rend l’isolement pesant :

« J’ai l’habitude de travailler depuis chez moi, mais pendant le confinement je trouve qu’il est beaucoup plus compliqué de rester concentré sur les tâches à accomplir. Hors confinement, il m’arrive souvent de m’installer dans un café ou un espace de coworking quand je n’en peux plus d’être chez moi. Là je ne peux pas. Et c’est très compliqué à vivre car on a l’impression de ne pas être très productif, ça crée un sentiment de culpabilité. Et pour l’estime de soi ce n’est pas l’idéal. Je vis seule mais d’habitude j’ai une vie sociale et culturelle plutôt active, avec le confinement la solitude me pèse et c’est déprimant. J’ai beaucoup de mal à rester concentrée sur mes lectures. » (femme, 43 ans, journaliste pigiste, en télétravail, avec une perte de revenus, confinée seule, cite des relations perdues de vue — famille, collègues, amies)

« Juste préciser que le plus pesant, pour moi, est vraiment la solitude. J’ai la chance d’avoir un chat, mais je n’ai pas eu de contact physique avec un humain depuis près d’un mois et demi. La rencontre avec les caissiers ou la femme de ménage, l’échange avec les collègues dans le cadre du télétravail, les visioconférences et les très nombreux et très longs appels téléphoniques ne suffisent pas à remplir mon besoin de contact humain. »  (femme, 37 ans, journaliste, seule, mentionne des pertes de contacts — voisins, collègues)

« Le plus difficile est l’absence de lien social direct. Le téléphone, les moyens techniques actuels ne remplaceront jamais ce que représentent les réunions entre amis ou en famille autour d’un repas ou d’un verre. » (femme, cadre, seule) ; « Solitude extrême actuellement et je me sens totalement inutile » (femme, 59 ans, avocate, seule)

Comme nous en faisions l’hypothèse, l’un des problèmes mentionnés par les personnes vivant seules de cette tranche d’âge est qu’une majorité de leurs contemporains sont en couple et moins disponibles que d’ordinaire durant le confinement : « Mes amis sont en couple… et ne me parlent que très peu. Je fais beaucoup de sport en plein air… du vélo. Bref, je suis assez en manque… » (homme, 36 ans, informaticien).

Les personnes confinées seules mentionnent aussi plus de nouveaux contacts, de façon particulièrement marquée chez les plus jeunes. Le confinement semble avoir entraîné pour les personnes de cette tranche d’âge une sorte de rebrassage relationnel : certains contacts n’étant plus maintenus, d’autres se sont noués, probablement avec des personnes dans la même situation. Les personnes confinées seules dans cette tranche d’âge citent, parmi les ami·es, plus de célibataires sans enfants pour la question demandant de citer des personnes dont les enquêté·es se sont rapproché·es durant le confinement.

Figure 3. Mention de nouveaux contacts selon l’âge et la configuration de confinement

Source : Enquête Vico, avril-mai 2020.
Champ : Répondant·es de 18 ans et plus résidant habituellement en France (N = 16 224).
Lecture : 20,0% des 18-30 ans qui se sont confiné·es avec d’autres personnes mentionnent des nouveaux contacts.

Pour les jeunes, les activités en ligne sont souvent à l’origine des contacts nouveaux créés durant cette période. Une enquêtée cite ainsi une rencontre en ligne venant adoucir une rupture amoureuse :

« Fin avril j’ai rencontré une personne via Discord (logiciel où des personnes se retrouvent car elles suivent une personne commune en ligne et peuvent échanger entre elles). Il m’est d’un réel soutien. » (femme, 22 ans, étudiante, confinée seule)

Un autre enquêté étudiant de 26 ans cite parmi les personnes dont il s’est rapproché durant le confinement une femme de 28 ans, qu’il décrit comme « Une personne rencontrée récemment, potentiellement future conjointe » (homme, 26 ans, étudiant).

Pour la question sur les relations dégradées (« Y a-t-il des personnes avec qui les relations se sont dégradées depuis le confinement (personnes avec qui vous êtes confinées incluses) ? »), on observe des différences importantes entre les plus jeunes, où les confinés solitaires ne mentionnent pas plus de relations dégradées que les autres et les autres tranches d’âge pour lesquelles la différence est nette. Cette différence concerne essentiellement les amis et connaissances, certainement plus présents dans l’entourage des solitaires auparavant et qui deviennent difficiles à joindre, qui ne répondent pas aux appels, ou au contraire avec qui ils ou elles parlent de choses négatives.

Figure 4. Mention de relations dégradées selon l’âge et la configuration de confinement

Source : Enquête Vico, avril-mai 2020.
Champ : Répondant·es de 18 ans et plus résidant habituellement en France (N = 16 224).
Lecture : 23,6% des 18-30 ans qui se sont confiné·es avec d’autres personnes mentionnent des relations dégradées.

La dégradation vient parfois d’une difficulté à faire comprendre à des proches la situation de confinement en solitaire :

« J’ai constaté que des tensions sont apparues dans mes discussions avec mes proches car globalement, pour beaucoup de personnes, j’ai une situation rêvée car confinée seule et pouvant disposer de mon logement comme je l’entends. Cela est vrai mais avec des contreparties, l’isolement est concret, le manque de contact peut parfois être pesant, les inquiétudes pour des proches à risques sont plus présentes. Des tensions sont également liées à des visions différentes sur les règles de distanciation, d’application du confinement. » (femme, 39 ans, cadre dans l’industrie)

Parfois c’est la relation de couple qui se trouve perturbée par une séparation liée au confinement :

« Je vis habituellement seule parce que mon compagnon vit en région parisienne. Pour des raisons personnelles, il est parti se confiner chez sa mère à la campagne. Et moi je suis toujours en ville dans mon minuscule appartement. Nous avions l’habitude de nous retrouver chaque week-end chez lui ou chez moi. Depuis le 17 mars je ne l’ai pas vu…. C’est vraiment très difficile à vivre…. Vivement que ce maudit confinement se termine qu’on puisse enfin se retrouver. » (femme, 33 ans, fonctionnaire territoriale)

Accroître les échanges avec les proches

Les personnes confinées seules mentionnent aussi plus que les autres un accroissement des contacts avec la famille (surtout les deux premières tranches d’âge) et avec les amis. Privées de contacts (et de contrainte) au sein du logement, elles ont multiplié les échanges avec leur famille et leurs ami.e.s, quittes à éprouver parfois des difficultés à joindre les personnes, à ne pas recevoir de réponse, ou à se trouver dans des situations de tension, ce qui explique les tendances relatives à la dégradation des relations.

Une enquêtée exprime ainsi sa volonté de maintenir les liens :

« J’étoffe les relations avec mes voisins. Nous échangeons quasiment tous les soirs après la séance de bruit de 20h pour soutenir les personnes qui travaillent pendant le confinement. Je prends aussi plus le temps d’appeler ma famille et mes amis pour discuter. » (femme, 42 ans, éducatrice)

Figure 5. Evolution des contacts avec la famille selon l’âge et la configuration de confinement

Source : Enquête Vico, avril-mai 2020.
Champ : Répondant·es de 18 ans et plus résidant habituellement en France (N = 16 224).
Lecture : 52,7% des 18-30 ans qui se sont confiné·es avec d’autres personnes déclarent avoir eu plus souvent des contacts avec leur famille.

Le confinement en solitaire a été dans toutes les catégories d’âge une expérience particulière mais elle ne s’est pas traduite de la même façon dans les relations interpersonnelles. Pour les jeunes, cette situation a été l’occasion d’un rebrassage des amitiés, parfois vécu positivement, alors que dans les autres tranches d’âge elle a plus souvent débouché sur des expériences de solitude qui sont évoquées dans les commentaires des personnes confinées seules.

Figure 6. Evolution des contacts avec les ami·es selon l’âge et la configuration de confinement

Source : Enquête Vico, avril-mai 2020.
Champ : Répondant·es de 18 ans et plus résidant habituellement en France (N = 16 224).
Lecture : 27,6% des 18-30 ans qui se sont confiné·es avec d’autres personnes déclarent avoir eu plus souvent des contacts avec leurs ami·es.

Cela se retrouve dans les commentaires. Chez les plus jeunes, le fait d’être seul est rarement commenté et lorsqu’il l’est, c’est sur le registre de l’isolement, bien supporté (« J’avais déjà l’habitude du travail chez soi et de la solitude. (…) Je suis d’un naturel solitaire et indépendant, donc rester seule chez moi ne m’est pas pénible, tout en gardant un contact avec mes amis fréquemment (…) Comme mes liens sont très actifs, ça marche bien. », femme, 28 ans, confinée seule, atteinte de la Covid-19, ce qui la handicape par ailleurs), ou au dans certains cas très pénible (« Le plus compliqué à gérer pour moi est l’isolement associé au confinement, et à l’inconfort de mes conditions de vie. En tant qu’étudiante, je vis dans un 9m2, qui consiste donc en mon espace de vie ET de mon espace de travail. Cela rend particulièrement difficile le fait de se concentrer sur mon travail, en particulier sur la rédaction de mon mémoire. Je me sens également isolée, voire déprimée, du fait de l’absence de contacts en face à face avec mes proches, notamment ceux qui résident à l’étranger (ce qui est le cas pour mes parents et ma sœur). Je vis très mal l’expérience du confinement, sachant qu’il reste encore un mois à subir, je ne sais pas du tout comment je vais pouvoir gérer la situation tout en préservant ma santé mentale », femme, seule, étudiante).

Plus on avance en âge, plus cette situation est commentée sur le registre de la solitude : « Gros sentiment de solitude depuis le début du confinement. Peur de l’avenir. (…). Détachement des réseaux sociaux. » (femme, 53 ans, comptable gestionnaire RH, seule) ; « La solitude est pesante parfois surtout quand on est handicapée, le manque de sortie est dur, mais il faut respecter le confinement qui pour moi durera encore après le 11 mai. » (femme, 70 ans, auxiliaire vie sociale retraitée, seule) ; une enquêtée résumant son point de vue d’une formule frappante : « Isolé avant, isolé pendant, encore plus isolé après » (femme, 61 ans, fonctionnaire retraitée, seule).

***

Au-delà des caractéristiques sociodémographiques (âge, sexe, profession, etc.), les conditions familiales et de confinement ont été importantes. En particulier les personnes seules, dont beaucoup sont habituées à une sociabilité amicale très active, se sont trouvées du jour au lendemain empêchées de voir les ami.es et autres connaissances. Il a fallu téléphoner, utiliser les moyens numériques avec souvent des résultats satisfaisants (maintien des relations jugées importantes, création de nouveaux liens, surtout pour les plus jeunes), mais parfois insuffisants (les personnes contactées ne répondent pas, s’avèrent désagréables, le contact numérique ne remplace pas le contact direct), ce dont on retrouve des effets dans les analyses statistiques aussi bien que dans les témoignages.

Méthodologie. Les données de ce dossier proviennent de la première vague de l’enquête Vico (projet « La vie en confinement », financé par l’Agence nationale française de la recherche (appel Flash Covid-19). Pour obtenir plus de détails sur le projet : https://vico.hypotheses.org.

La première vague de l’enquête Vico a été réalisée par questionnaire entre le 15 avril et le 10 mai 2020. Elle visait à recueillir des informations sur la situation des Français.es vis-à-vis du logement et du travail avant et pendant le confinement, ainsi que sur leurs activités et les évolutions de leurs relations personnelles pendant le confinement. Le questionnaire de l’enquête a été administré en ligne à un échantillon final de 16 224 personnes âgées de 18 ans et plus résidant en France pendant le confinement. Des informations détaillées sur le déroulement de l’enquête et l’échantillon sont disponibles ici : https://vico.hypotheses.org.

Les citations reproduites dans ce dossier sont extraites des commentaires libres laissés par les répondant·es à la fin du questionnaire du printemps 2020.

Pour citer les données : Equipe Vico [auteurs] : Enquête « La vie en confinement – Vague 1 » (avril-mai 2020).

Références bibliographiques

[1] Laurent Toulemon, « Combien de personnes résident seules en France ? », Populations & Sociétés, no 484, 2011, https://www.ined.fr/fr/publications/editions/population-et-societes/personnes-resident-seules-france/.

[2] « De plus en plus de personnes vivent seules », Centre d’observation de la société. http://www.observationsociete.fr/structures-familiales/personnes-seules/evol_vie_solo.html.

[3] Cécile Van de Velde, 2018, « Sociologie de la solitude : concepts, défis, perspectives », Sociologie et sociétés, vol. 50, no 1, p. 5-20n https://www.erudit.org/en/journals/socsoc/2018-v50-n1-socsoc04838/1063688ar/.

Pour citer cette publication

Grossetti Michel et Defossez Adrien (2021), « Confiné·e seul·e : le risque de l’isolement social », La vie en confinement : études & résultats, n° 4, mis en ligne le 26 janvier 2021, https://vico.hypotheses.org/181.



Citer ce billet
Pierre Mercklé (2021, 26 janvier). Confiné·e seul·e : le risque de l’isolement social. La vie en confinement. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v73x

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search